Plats à emporter, service avancé... comment les restaurants de Seine-et-Marne s’adaptent au couvre-feu

Le couvre-feu impose aux gérants des restaurants du département de trouver une organisation pour conjuguer nécessité de travailler, respect du protocole sanitaire et attentes des clients.

 Melun, 15 octobre. Le restaurant La Bodega Don Felipe à Melun proposera des plats à emporter entre 18 h 30 et 20 h 30 durant le couvre-feu
Melun, 15 octobre. Le restaurant La Bodega Don Felipe à Melun proposera des plats à emporter entre 18 h 30 et 20 h 30 durant le couvre-feu LP/Sophie Bordier

Jusqu'ici épargnés par les restrictions concernant Paris et la Petite Couronne, les cafés, bars et restaurants de Seine-et-Marne sont concernés par le couvre-feu, de 21 heures à 6 heures du matin, à partir de samedi, zéro heure. L'enjeu est de taille dans un département qui compte 2000 établissements dont 1004 restaurants.

« C'est une catastrophe économique ! Beaucoup pensaient pouvoir se réfugier dans les établissements de notre département pour dîner. C'est raté ! C'est terrible ! Les professionnels auront du mal à accepter qu'un restaurant puisse être ouvert le soir à quelques kilomètres dans les départements limitrophes, dans l'Yonne, le Loiret ou l'Aisne», commente Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'Union départementale des Métiers de l'industrie hôtelière (UMIH 77).

« Ah, on va faire comme les Allemands ? »

«Je préconise à mes 700 adhérents de commencer le service plus tôt. Cela vaut la peine de faire venir les équipes un peu plus tôt pour qu'ils puissent travailler et faire en sorte que le service se termine à 20 h 45 », insiste-t-il. Sa proposition a déjà surpris certains dans la profession. « On m'a dit Ah on va faire comme les Allemands qui mangent plus tôt ? »

Melun, 15 octobre.  Le restaurant Chez Fabrice qui faisait des travaux jusqu'à samedi 17 octobre va réorganiser ses horaires d'ouverture. LP/Sophie Bordier
Melun, 15 octobre. Le restaurant Chez Fabrice qui faisait des travaux jusqu'à samedi 17 octobre va réorganiser ses horaires d'ouverture. LP/Sophie Bordier  

Pour les personnes qui voyagent, il rappelle qu'elles pourront dîner au restaurant de leur hôtel, dans leur chambre, « en room-service, ce qui garantit la distanciation sociale quelle que soit l'heure... »

Au final, les professionnels vont devoir s'adapter bon gré mal gré. «A Fontainebleau, le restaurant étoilé L'Axel qui compte 35 couverts commencera son service à ... 18 h 15 !

A Fontainebleau, le maire Frédéric Valletoux (Agir) a d'ailleurs encouragé dès jeudi soir sur les réseaux sociaux à aller dîner à 19 heures dans les restaurants de sa ville. Avec 80 établissements, la cité impériale qui attire une clientèle de tout le sud du département, vit de cette économie nocturne.

« Les restaurants restent ouverts, on peut y aller »

Quelques jours auparavant, le maire, également président de la Fédération hospitalière de France, relayait pourtant les « angoisses d'hospitaliers de tout grade face aux chiffres qui montent ».

« Il faut envoyer un message de solidarité aux restaurateurs, insiste malgré tout l'édile. Je suis légaliste. L'Etat pose un cadre, il aurait pu dire 20 ou 22 heures. Quoiqu'il arrive, il faut enrayer la diffusion de ce virus. Mais comme les restaurants restent ouverts dans le respect de la distanciation physique, on peut y aller. Ils vont de toute façon assurer un service le soir et le midi ».

A chacun sa stratégie face au couvre-feu

A Chelles, le Globe Trotter, présenté comme le plus grand restaurant d'Ile-de-France avec sa superficie de 2 500 m² et une capacité de près de 700 places, habituellement ouvert 7 jours sur 7, midi et soir, n'ouvrira plus ses portes que de 18 heures à 20 h 45, les vendredis, samedis et dimanches. Un portique de prise de température doit être installé à l'entrée.

A Melun, la Bodega Don Felipe qui totalise 70 couverts a décidé de proposer des plats à emporter entre 18 h 30 et 20 h 30. Au restaurant Chez Fabrice, place Jacques-Amyot, actuellement en travaux jusqu'à samedi 17 octobre, le patron va modifier ses horaires. « On commencera le service vers 18 h 30 - 19 heures. On ouvrira aussi du lundi midi au samedi midi. Je veux aussi aménager une terrasse fermée et chauffée », annonce Fabrice.

A L'Atelier des Saveurs, le patron s'interroge : «Les gens travaillent dans la journée. La majorité de mes clients arrivent d'habitude vers 20 h 30 ou 21 heures. Je ne vois pas l'intérêt d'ouvrir à 18 h 30 !» Il réfléchit et songe à poser ses trois semaines de vacances annuelles dans les jours qui viennent pour limiter les dégâts...

A Serris, aux Terrasses du centre commercial Val d'Europe, les restaurants sont dans l'attente. «Nous sommes ouverts tout la journée. On fera toujours la livraison à domicile, mais on attend de savoir si on pourra livrer au-delà de 21 heures », commente-t-on chez Big Fernand . Même chose au Mac Donald's : « On ignore encore si on pourra faire la livraison à domicile après 21 heures ».