Seine-et-Marne : un grand-père et son petit-fils tués dans l'explosion de leur voiture

Le drame s'est produit mardi en fin d'après-midi, à proximité de l'école où était scolarisé l'enfant.

Saint-Loup-de-Naud, mardi soir. Le hameau de Courton-le-Bas a été bouclé par la police après l'explosion de la Peugeot 107 (au centre).
Saint-Loup-de-Naud, mardi soir. Le hameau de Courton-le-Bas a été bouclé par la police après l'explosion de la Peugeot 107 (au centre). LP/Sébastien Blondé

Le petit village de Saint-Loup-de-Naud, situé près de Provins, et ses 887 habitants sont sous le choc. Ce mardi après-midi, Michel Charbonnier, conseiller municipal depuis quatre ans, et son petit-fils de 5 ans sont décédés après l'explosion de la Peugeot 107 de ce retraité âgé de 64 ans. Le drame s'est produit vers 16h10, à proximité de l'école implantée dans le hameau de Courton-le-Bas et qui accueille 90 enfants. Aucune autre victime n'est à déplorer puisque les écoliers se trouvaient encore dans l'enceinte de l'établissement pour les temps d'activités périscolaires (TAP).

Effondré, le maire (SE), Gilbert Dal Pan, ne comprend pas ce qui a pu se passer. «Nous savons que Michel est venu chercher son petit-fils Matthew. Lui et la maman vivaient ensemble à Saint-Loup-de-Naud. Ce sont les secrétaires de mairie qui m'ont prévenu. Les secours sont arrivés très vite, une dizaine de minutes après. La voiture a explosé à quelques dizaines de mètres des grilles de l'école quand il a voulu repartir.» Sur place, les techniciens de la police judiciaire de Melun, en charge de l'enquête, passaient au crible la voiture et le secteur pour effectuer les constatations.

La cause de l'explosion de la voiture inconnue

«Un témoin de la scène a parlé d'un problème sur la Peugeot 107, explique Béatrice Angelelli, la procureur de la République de Melun. Il y aurait eu une explosion suivie d'un incendie.» Aucune hypothèse n'est avancée pour le moment. Les policiers ont pu visionner les images de la vidéosurveillance mais les caméras n'ont pas pu donner d'indications car elles n'auraient pas filmé le drame. Un second témoin devait également être entendu. A 20 heures ce mardi soir, Gilbert Dal Pan n'était pas en mesure de savoir si l'école allait rouvrir ce mercredi matin. « Une cellule psychologique sera mise en place », indique toutefois l'élu, bouleversé comme l'ensemble de la population.

«C'était un ami, souffle cette habitante. Michel Charbonnier était un ancien pompier à Saint-Loup-de-Naud. Il était toujours disponible pour rendre service. C'est épouvantable ce qui est arrivé. » « Peu après 16 heures, j'ai entendu une petite explosion, témoigne un habitant et conseiller municipal avec Michel Charbonnier jusqu'à récemment. Un voisin m'a ensuite expliqué ce qui s'était passé. Le quartier a vite été bouclé : des pompiers et des ambulances partout. L'explosion est survenue sur le parking qui dessert la mairie et l'école. Je ne comprends pas comment cela a pu arriver : une voiture peut prendre feu mais n'explose pas…»