Provins : deux dealers présumés de cocaïne et d’héroïne interpellés

Ces deux habitants du Provinois ont été placés en garde à vue suite à un contrôle routier, car le conducteur avait consommé du cannabis. 13,5 g de cocaïne et 2,5 g d’héroïne ont été retrouvés par les policiers.

 Les dealers présumés se livraient à de la revente pour leurs connaissances.
Les dealers présumés se livraient à de la revente pour leurs connaissances. LP/Olivier Arandel

Deux habitants de Provins ont été interpellés et placés en garde à vue pour du trafic de cocaïne et d'héroïne. Les policiers de la circonscription de Provins soupçonnaient un habitant de la ville basse, âgé de 39 ans, de vendre de la cocaïne et de l'héroïne.

Ils l'ont contrôlé lors d'une opération routière, le 22 septembre dernier. Il était le passager d'une voiture, où se trouvaient également le conducteur et un troisième occupant. Dans le véhicule, 1,5 g d'héroïne et 0,5 g de cocaïne ont été retrouvés.

À la suite de cette découverte, une perquisition a été menée au domicile du principal suspect, propriétaire de la voiture. Les forces de l'ordre ont récupéré 13 g de cocaïne et 1 g d'héroïne. Selon les enquêteurs, le trentenaire a reconnu vendre la marchandise à des connaissances depuis quelques mois, à raison d'environ 12 g de cocaïne par mois, le gramme coûtant en moyenne 65 euros.

Le conducteur avait consommé du cannabis

Le conducteur de la voiture, un habitant de Sainte-Colombe, un village près de Provins, âgé de 22 ans, a également été arrêté. Il conduisait le véhicule sous l'emprise de produits stupéfiants. Il est également poursuivi pour offre et cession de drogue mais nie son implication dans le trafic.

Le troisième homme, lui, était un simple usager et il a été remis en liberté. À l'issue de leur garde à vue, les deux hommes mis en cause ont été relâchés : ils feront l'objet d'une convocation devant le tribunal correctionnel de Melun. Tous deux ont reconnu aller chercher cocaïne et héroïne à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). L'enquête préliminaire se poursuit.

En 2016, un coup de filet de la Sûreté départementale avait ébranlé la cité médiévale et huit personnes avaient été mises en examen pour importation, acquisition, détention, transport, offre ou cession de stupéfiants. En deux ans, plus de 150 kg d'héroïne auraient été écoulés pour un bénéfice estimé à un million d'euros.