Pontault-Combault : un nonagénaire tente de tuer sa femme handicapée et met fin à ses jours

Cet homme de 93 ans aurait tenté par désespoir de mettre fin aux jours de son épouse tombée par terre et qu’il n’arrivait pas à relever, en la blessant au cou avec un couteau, avant de se pendre.

 Jossigny, 10 mars 2020. Souffrant de plaies à la tête et au bras, l’octogénaire a été transportée au Grand hôpital de l’est francilien (Ghef) mais son pronostic vital n’est pas engagé.
Jossigny, 10 mars 2020. Souffrant de plaies à la tête et au bras, l’octogénaire a été transportée au Grand hôpital de l’est francilien (Ghef) mais son pronostic vital n’est pas engagé.  LP/Alexandre Métivier

C'est un drame humain terrible qui s'est joué ce samedi à Pontault-Combault. Un nonagénaire s'est pendu à son domicile après avoir tenté de mettre fin aux jours de son épouse handicapée physique et dépendante en lui assénant un coup de couteau.

En milieu de matinée, cette dame âgée de 89 ans tombe par terre au domicile du couple. D'après les premiers éléments d'enquête des policiers de la circonscription d'agglomération de Noisiel, son mari, âgé de 93 ans, ne serait pas parvenu à la relever.

L'infirmière fait la macabre découverte

Las des difficultés que le couple connaissait dans sa vie quotidienne, il aurait alors craqué et serait allé chercher un couteau dans la buanderie avec lequel il a blessé son épouse au cou, ne supportant vraisemblablement plus la situation et souhaitant mettre fin à ses jours par désespoir.

Selon les constatations des policiers, le mari, alors persuadé d'avoir tué sa compagne, aurait alors décidé de s'ôter la vie en se pendant. C'est une infirmière, venant régulièrement prodiguer des soins au domicile, qui a découvert la macabre scène et a prévenu les secours.

Souffrant de plaies à la tête et au bras, la victime a été transportée au site de Marne-la-Vallée du Grand hôpital de l'est francilien (Ghef) à Jossigny, mais son pronostic n'est toutefois pas engagé.

Le décès du mari nonagénaire met fin à toute action publique à son encontre, a précisé une source judiciaire.