Pontault-Combault : deux blessées graves dans un face-à-face sur la D21

Une voiture a été percutée sur la D 21, dimanche soir. Sa conductrice était toujours hospitalisée ce mardi. Elle n’avait pas le permis de conduire et présentait un défaut d’assurance.

 Les pompiers ont dû désincarcérer les trois occupants du véhicule percuté.
Les pompiers ont dû désincarcérer les trois occupants du véhicule percuté.  Sdis 77

La conductrice gravement blessée dans un accident de la circulation dimanche soir, vers 22 heures, sur la D 21, au niveau du pont sur la Francilienne, entre Pontault-Combault et Roissy-en-Brie, était toujours hospitalisée ce mardi après-midi.

Pour une raison encore inconnue des services de police de la circonscription d'agglomération de Noisiel, un automobiliste âgé de 41 ans, habitant Roissy-en-Brie, a dévié de sa trajectoire et percuté une voiture qui arrivait en face.

Dans ce véhicule, la conductrice, âgée de 22 ans et domiciliée en Seine-Saint-Denis, a été désincarcérée par les secours puis transportée vers le centre hospitalier Henri-Mondor (Val-de-Marne). Elle souffre d'une fracture et a reçu 45 jours d'ITT. Selon les enquêteurs, elle n'était pas titulaire du permis de conduire et était en défaut d'assurance.

La passagère arrière n'avait pas sa ceinture

Sa passagère arrière, âgée de 22 ans, a été également lourdement blessée. Elle ne portait pas de ceinture de sécurité. Après avoir été désincarcérée, elle a été transportée dans un état sévère à la Pitié-Salpêtrière (Paris XIIIe).

Son passager avant, un homme de 23 ans, n'a heureusement pas été blessé. Le conducteur qui s'est déporté, lui, ne souffre que de blessures légères.

« Cet accident avec une forte cinétique survenu sur la commune de Pontault-Combault a nécessité l'interruption totale de la circulation le temps de l'intervention », signale le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis 77).

Une enquête de police a été ouverte pour déterminer les causes de l'accident. Des témoins doivent être auditionnés dans les prochains jours. Les prélèvements pour savoir si les protagonistes étaient sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants sont en attente.