Nouveau commissariat : ce que veulent les candidats d’Avon et Fontainebleau

Bloqué depuis des années, le dossier d’un nouveau commissariat, comportant plusieurs implantations possibles, ne trouve pas d’issue. Les candidats des deux villes exposent leur solution.

 Fontainebleau, le 17 mai. A l’appel du syndicat Alliance, les policiers ont dénoncé la vétusté et le danger de leur commissariat.
Fontainebleau, le 17 mai. A l’appel du syndicat Alliance, les policiers ont dénoncé la vétusté et le danger de leur commissariat. LP/Sophie Bordier

Les policiers et les usagers auront-ils enfin droit à un commissariat digne de ce nom à Fontainebleau ou Avon, pour servir également les communes de Samoreau, Héricy, Bois-le-Roi, Vulaines et Samois? Dégâts dans le bâtiment de Fontainebleau, manifestations, lettres de la députée (LR) Valérie Lacroute… rien n'y fait. « Comme les deux maires ne sont pas d'accord sur où le construire, le ministère de l'Intérieur peut botter en touche », analyse la parlementaire.

Désaccord entre les maires d'Avon et de Fontainebleau

Frédéric Valletoux (Agir) souhaite un nouveau bâtiment près de l'hôpital de Fontainebleau, tandis que Marie-Charlotte Nouhaud (LR) l'a pensé depuis quatre ans derrière la gare d'Avon. « Avoir deux propositions n'empêche pas à l'Etat de choisir », tacle le maire de Fontainebleau, qui met en avant un projet permettant de « desservir rapidement le centre-ville tout comme les villages ». « Le rapport du ministère de 2017 penche pour Avon », se félicite Marie-Charlotte Nouhaud.

Une décision devait être prise avant la fin de l'année 2019 pour que le chantier soit inclus dans le prochain plan triennal d'investissements immobiliers du ministère de l'Intérieur. « Le plan n'est pas sorti, assure Philippe Justo, le directeur départemental de la police de la sécurité publique de Seine-et-Marne. Nous gardons espoir. Ce commissariat est une priorité ».

Pour les candidats aussi qui, comme Geneviève Machery (Fontainebleau, SE, ex Agir) n'ont que faire du lieu de construction. « Il faut se mettre autour de la table, et que l'une des deux villes lâche », insiste celle qui veut instaurer un élu chargé des relations entre les deux communes. « Nous avons besoin enfin d'une solution intelligente, plaide Cédric Thoma (Fontainebleau, LR), adepte d'une mutualisation des achats et des services entre les deux communes. Celui qui n'aura pas la police nationale hébergera une police municipale mutualisée ».

Trois sites évoqués pour l'accueillir

Cette idée de police municipale pour les deux communes est aussi portée par Dimitri Bandini (Avon, DVG). « C'est très important pour les rondes de nuit. De manière générale, Fontainebleau est la locomotive du sud du département, il faut s'y raccrocher, assure-t-il. Reste le problème du financement du commissariat qui ne doit pas revenir à la ville qui aura le commissariat, mais à l'Etat. La police est une compétence de l'Etat, pas des collectivités ».

« Nous n'avons pas sept millions pour financer un commissariat », ajoute Cédric Thoma. Marie-Charlotte Nouhaud avance qu'Avon pourrait contribuer à hauteur de 4 millions d'euros, « soit un tiers du coût, le reste revenant à l'Etat et la région ».

Pour Roseline Sarkissian (Fontainebleau, PS), le commissariat a sa place à Fontainebleau. « J'ai voté les motions pour son maintien, je ne vais pas changer d'avis maintenant, argumente-t-elle, favorable au renforcement des relations. Mais ce dossier a été mal traité par le maire, pas pris assez tôt, pas tranché quand il fallait. Ce qui a laissé à Avon le temps de présenter un dossier. Maintenant, il faut une décision dans ce dossier prioritaire ».

Yann Moreau (Avon, EELV) estime que le commissariat est légitime à côté de la gare. « C'est endroit qui gagnerait grandement à une présence policière renforcée. De nombreux problèmes de délinquance arrivent par la ligne R. La présence du commissariat contribuera à la nécessaire revitalisation des commerces d'Avon, estime-t-il. Mais le financement relève de l'Etat, à lui de prendre ses responsabilités ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Béatrice Rucheton (Avon, LR) présente une solution nouvelle, avec une implantation sur les anciennes friches militaires du Bréau, propriété de la communauté d'agglomération. « Le terrain d'Avon est dans un quartier résidentiel, avec de la circulation à 18 heures, ce qui impliquera l'usage du deux tons, avance la conseillère municipale qui souhaite une mise en commun de la médiathèque et du soutien scolaire entre les deux villes, mais pas encore de la police municipale. Au Bréau, il sera facile de partir en intervention et cela conviendra à la future BAC commune entre Fontainebleau et Nemours ».

Isabelle Olzenski-Viennot (Fontainebleau, LREM) et Amina Bacar (Avon, DVG) n'ont pas répondu à nos sollicitations.