Melun : deux ados cambrioleurs simulent une overdose et s’enfuient des urgences

Ils venaient d’être interpellés dans la nuit de jeudi à vendredi dans une supérette où ils tentaient de forcer le coffre-fort. Ils ont été repris par les policiers.

 ILLUSTRATION. La police a interpllé deux mineurs isolés en train de frapper un  coffre-fort avec un extincteur.
ILLUSTRATION. La police a interpllé deux mineurs isolés en train de frapper un coffre-fort avec un extincteur.  LE PARISIEN

Certains mineurs non accompagnés ne manquent pas d'imagination. Les policiers du commissariat de l'agglomération Melun Val de Seine ont pu s'en rendre compte tout récemment.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ils sont alertés par des riverains pour un cambriolage dans la supérette de la rue Saint-Ambroise. Sur place, ils découvrent le rideau métallique défoncé, et à l'intérieur du magasin, deux jeunes qui tentent d'ouvrir un coffre-fort en tapant dessus avec un extincteur. Le duo est aussitôt interpellé.

Placés en garde à vue, les adolescents d'origine nord-africaine ne donnent ni nom ni âge, exprimant à leur manière qu'ils ne comprennent pas le français. Les policiers les identifient comme ceux qui auraient tenté de forcer une pharmacie de Melun quelques heures plus tôt dans la soirée. Mais le rideau métallique n'aurait pas cédé.

Rattrapés et placés à nouveau en garde à vue

La matinée se passe au commissariat. Vers midi, les deux jeunes semblent pris de malaises, comme victimes d'une overdose. Les pompiers sont aussitôt appelés. Ils leur prodiguent les premiers soins et les transportent aux urgences de l'hôpital de Melun. Mais une fois arrivés là-bas, les deux adolescents se débattent , arrachent leur perfusion et prennent la fuite à pied. «C'était bien une simulation d'overdose ! », ironise un enquêteur.

En tous cas, le duo plutôt inventif n'est pas allé bien loin. Il a été à nouveau interpellé dans la journée de vendredi à Melun alors qu'il tentait un vol dans un commerce fermé. Ils ont été à nouveau placés en garde à vue. Selon les enquêteurs, leurs téléphones portables bornent régulièrement dans le quartier de la Goutte d'Or à Paris. Appartiennent -ils à un réseau missionné par des délinquants adultes pour écumer les banlieues en train ? Seule l'enquête le dira.