Melun : des habitants disent non aux démolitions dans le quartier Schuman

L’agence nationale de rénovation urbaine (Anru) a demandé à la ville de revoir son scénario de simples réhabilitations. D’où l’inquiétude de certains locataires qui redoutent des démolitions.

 Melun, le 5 février 2021. Des locataires se sont regroupés pour exprimer leur refus face à une destruction potentielle de logements du bailleur TMH dans le quartier Schuman.
Melun, le 5 février 2021. Des locataires se sont regroupés pour exprimer leur refus face à une destruction potentielle de logements du bailleur TMH dans le quartier Schuman. LP/Sophie Bordier

Non à la destruction! Le message des banderoles déjà brandies en avril 2018 sur les façades de logements du quartier Schuman à Melun a refleuri le 5 février dernier aux 22-24 rue Schuman. Une initiative de locataires présents cet après-midi-là pour exprimer leur farouche opposition au tournant donné au nouveau projet de rénovation urbaine (NPRU) lancé par la ville.

Dans ce quartier qui compte 60 logements sociaux d'Habitat 77 dans la tour et 134 répartis dans des immeubles de Trois Moulins Habitat (TMH), datant du milieu des années 70, la commune et les bailleurs avaient présenté un scénario proposant une réhabilitation, mais écartant toute démolition. Le maire Louis Vogel s'y était même engagé « si la majorité des habitants le refuse ».

Menacés de disparition, les bâtiments 22 et 24 de la rue Schuman ont donc survécu dans ce NPRU, collectif de locataires, bailleurs et élus s'engageant en ce sens. Mais l'avenir s'annonce incertain. Si le comité d'engagement de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) a validé le projet pour les secteurs Beauregard, Chateaubriand, Lamartine, Lorient à Melun, et Plein Ciel au Mée-sur-Seine, la donne est différente pour le quartier Schuman.

« Dans une lettre diffusée en décembre dans nos boîtes à lettres, le maire nous dit que les partenaires du projet n'ont pas été convaincus par le scénario présenté sur Schuman. La réhabilitation de la tour qui appartient à Habitat 77 se fera. Pour le reste, il faut revoir les contours du projet et une étude urbaine complémentaire est lancée », s'alarme Fatima El Atmioui, présidente de l'amicale des locataires de la tour Schuman, venue avec d'autres « par solidarité » avec les locataires de TMH. Elle est par ailleurs conseillère citoyenne à la Maison du Projet qui gère le programme de rénovation urbaine à Melun.

Parmi les femmes regroupées le 6 février sous les fenêtres des 22-24 rue Schuman, toutes s'inquiètent d'une démolition. « Sinon pourquoi mener cette nouvelle enquête urbaine, comme ce qui a été proposé aux locataires de Chateaubriand dont les immeubles seront démolis ? Le NPRU, c'est déjà 431 logements qui vont disparaître à Melun. Ici, nous sommes pour la rénovation sans la casse ! »

Newsletter L'essentiel du 77
Un tour de l'actualité de la Seine-et-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Fatima El Atmioui s'interroge : « Pourquoi s'attaquer à nous au lieu de faire disparaître des immeubles à l'Almont, haut lieu du trafic de stupéfiants ? »

La municipalité se veut rassurante

Sous les banderoles se trouve notamment Aïcha, 71 ans. « J'habite au 22, rue Schuman depuis l'âge de 26 ans. Je suis très attachée à mon immeuble. Je vis au 3e étage et je descends dix fois par jour pour garder la forme ! Ma voisine, c'est comme ma famille. Si je dois déménager ailleurs, je serais comme déracinée et je dépérirais. »

Melun, 9 février. Arrivée dans le quartier Schuman à l’âge de 26 ans, Aïcha, 71 ans, refuse de voir démolir le bâtiment 22, rue Schuman. LP/Sophie Bordier
Melun, 9 février. Arrivée dans le quartier Schuman à l’âge de 26 ans, Aïcha, 71 ans, refuse de voir démolir le bâtiment 22, rue Schuman. LP/Sophie Bordier  

Aïda, 52 ans, approuve. « Avant ici, c'était un village avec des champs autour. Le marchand de pommes de terre et de tomates venait avec son camion car il n'y avait pas de commerces autour, pas de bus non plus. Il fallait le prendre à Beauregard. Maintenant on a tout : Lidl et Leader Price à proximité, un arrêt de bus et l'hôpital en face. Pourquoi détruire ? Je suis prête à faire une grève de la faim s'il le faut pour défendre notre quartier ! »

Ils ont adressé le 27 janvier une lettre ouverte au maire de Melun, avec copie au président de l'ANRU. Pas de réponse pour l'instant.

Melun, 6 février. Aïda, 52 ans, se dit prête à faire une grève de la faim pour défendre le quartier Schuman. LP/Sophie Bordier
Melun, 6 février. Aïda, 52 ans, se dit prête à faire une grève de la faim pour défendre le quartier Schuman. LP/Sophie Bordier  

Adjointe en charge de la rénovation urbaine, Brigitte Tixier (SE) affirme que le maire leur répondra, notamment via le « Journal du projet » prochainement imprimé et distribué. « C'est l'Anru et ses financiers qui demandent à revoir le projet. Soit la ville mène la réhabilitation de ses équipements publics comme l'école, mais elle n'en a pas les moyens. Soit on propose un projet d'entrée de ville et d'agglomération, face à l'hôpital ultramoderne, et on voit comment relier le quartier Schuman à la ville. Si on veut bénéficier des moyens nécessaires, il faut cette clause de revoyure. Mais il n'est pas question de démolition pour l'instant », affirme l'élue.

Deux enquêtes pour sonder les locataires

Deux enquêtes sont menées par deux cabinets d'études différents dont l'un va commencer la concertation avec les locataires.

Dirigeant de TMH, Gilles Sambussy confirme. « Par ces enquêtes, je veux simplement savoir ce que veulent nos locataires. Le projet permet de faire un état des lieux complet. Faut-il démolir ou pas ? Attendons l'étude d'urbanisme. Rénover le quartier passera peut-être par l'urbanisme ».

Il poursuit : « S'il n'y a aucun autre projet, l'Anru ne financera rien et nous, TMH, nous réhabiliterons nos immeubles à raison de 30 000 à 40 000 euros par logement. Si l'Anru apporte un financement complémentaire, on apportera nous aussi un confort de plus aux locataires. Mais si l'Anru dit : on finance à condition de démolir, la décision est politique et du ressort du maire ».