Meaux : Jean-François Copé enterre le projet de parking souterrain face à la mairie

Le sous-sol abrite des vestiges de l’ancien château des comtes de champagne. Le maire a donc revu sa copie. Son principal opposant s’en félicite.

 Meaux, le 23 septembre 2020.Lors du dernier conseil municipal, Jean-François Copé a confirmé l’abandon du projet municipal de parking souterrain sous la place de l’Hôtel-de-Ville-Jacques-Chirac.
Meaux, le 23 septembre 2020.Lors du dernier conseil municipal, Jean-François Copé a confirmé l’abandon du projet municipal de parking souterrain sous la place de l’Hôtel-de-Ville-Jacques-Chirac. LP/Alexandre Arlot

Pragmatisme pour les uns, « reculade spectaculaire » pour les autres. Jean-François Copé (LR) vient d'annoncer que, finalement, la place de l'Hôtel-de-Ville n'abritera pas un parking souterrain. De quoi ravir son opposant André Moukhine-Fortier (SE), qui dénonçait un projet « démesuré et hideux ».

Lors du dernier conseil municipal, le maire de Meaux a fait savoir que la Direction régionale des affaires culturelles l'a informé que le sous-sol de cette place, qui porte aussi le nom de place Jacques-Chirac, abrite des restes de l'ancien château médiéval des comtes de Champagne. Construire un parking à l'emplacement de tels vestiges est impossible.

LIRE AUSSI > Meaux : le futur parking souterrain divise les élus

Qu'à cela ne tienne ! La mairie conserve son idée de parc de stationnement en sous-sol mais change le lieu. C'est quelques dizaines de mètres plus loin, sous l'actuelle place Lafayette -un parking aérien planté de platanes gigantesques et coupée en deux par l'avenue Jean-Bureau (D 603)- que les pelleteuses devraient s'activer. Indigo, délégataire de service pour la gestion du stationnement en ville et financeur du projet, aurait donné son accord.

Un espace piéton, vert et sécurisé, un lieu de réunion de tous les Meldois

Pour Jean-François Copé (LR), ce contretemps peut être « un mal pour un bien ». « Nous allons pouvoir avancer sur les travaux de la place et du parking simultanément », avance-t-il.

Meaux. Selon la Direction régionale des affaires culturelles, le sous-sol de la place de l’Hôtel-de-Ville-Jacques-Chirac abriterait des vestiges de l’ancien château des comtes de Champagne. LP/Olivier Boitet
Meaux. Selon la Direction régionale des affaires culturelles, le sous-sol de la place de l’Hôtel-de-Ville-Jacques-Chirac abriterait des vestiges de l’ancien château des comtes de Champagne. LP/Olivier Boitet  

Si l'aménagement souterrain à la place de l'Hôtel-de-Ville-Jacques-Chirac tombe à l'eau, celui en surface reste d'actualité. Le maire de Meaux souhaite en faire un espace piéton, vert et sécurisé, « un lieu de réunion de tous les Meldois comme c'est le cas à Toulouse avec la place du Capitole ou à Lyon avec la place Bellecour ». Espace qui pourrait aussi inclure, désormais, une dimension archéologique.

Farouche opposant du projet initial, André Moukhine-Fortier n'a pas manqué de se féliciter de son abandon par la municipalité. Il y voit « un revirement […] non pas en raison de la présence des vestiges du château des comtes de Champagne démoli en 1890 que tout le monde connaît, sauf lui (NDLR : Jean-François Copé) visiblement. »

Pour le président de l'association Meaux environnement (AME), qui plaidait durant la campagne municipale pour la construction d'un parking « en silo » derrière la mairie, « la vraie raison, qu'il n'a pas eu l'humilité de reconnaître lors du conseil municipal, est tout simplement le mécontentement grandissant des Meldois face à la bétonnite aiguë dont souffre notre ville. »

Adré Moukhine-Fortier dresse un parallèle avec le « projet pharaonique » du Pôle culturel dans l'ancienne prison du centre-ville. Face aux « baisses drastiques des dotations de l'Etat », la mairie avait fini par revoir sa copie au début du mandat précédent. C'est désormais une Cité de la musique qui doit s'installer place Henri-IV.