Lorànt Deutsch : «Meaux est une ville aussi riche que Paris»

Le comédien passionné d’histoire était de passage dans la cité de Bossuet ce mercredi pour le tournage d’un épisode de sa websérie « À toute berzingue !». Une nouvelle preuve du lien particulier qu’il a tissé avec la ville.

 Meaux, ce mercredi. Lorànt Deutsch était en tournage à Meaux pour sa websérie « A toute berzingue ! » Il tourne ici une séquence devant le pavillon de Bossuet.
Meaux, ce mercredi. Lorànt Deutsch était en tournage à Meaux pour sa websérie « A toute berzingue ! » Il tourne ici une séquence devant le pavillon de Bossuet. LP/Alexandre Arlot

Parler d'histoire avec Lorànt Deutsch relève autant du plaisir que de l'épreuve. Le premier naît de l'entrain communicatif avec lequel il enchante son interlocuteur. La seconde survient lorsque le discours emprunte des chemins de traverse. Le comédien digresse, c'est dans sa nature. Il file aussi « A toute berzingue ! »

L'acteur et écrivain était de passage à Meaux ce mercredi pour y tourner les séquences d'un prochain épisode de sa websérie documentaire consacrée au patrimoine. Après Versailles (Yvelines), Bourges (Cher), Colmar (Haut-Rhin) ou Tokyo, le passionné d'histoire(s) a posé ses valises dans la cité de Bossuet. Un choix qui ne doit rien au hasard.

« C'est une ville aussi riche que Paris », estime l'auteur du best-seller « Métronome, l'histoire de France au rythme du métro parisien ». Il l'a découverte dans les années 2000 lors d'une représentation de la pièce de théâtre « Amadeus ».

Sur scène avec… Jean-François Copé

« J'ai su apprécier Meaux avec Héroïques! », confie-t-il. A l'été 2018, Lorànt Deutsch fut l'invité d'honneur d'une représentation du spectacle historique, à travers lequel des centaines de bénévoles retracent mille ans d'histoire locale.

Depuis, le juvénile quadragénaire a noué un lien solide avec l'équipe municipale. Il y a un an, il partageait la scène du Théâtre Luxembourg avec le maire Jean-François Copé (LR) et le directeur des affaires culturelles Pierre Corbel. Ce dernier est aussi le metteur en scène du spectacle historique, dans la nouvelle version dans laquelle l'acteur joue un rôle prépondérant.

Meaux, le 18 octobre 2019. Lorànt Deutsch avec le maire Jean-François Copé lors de la soirée de présentation du nouveau spectacle historique de la ville. DR
Meaux, le 18 octobre 2019. Lorànt Deutsch avec le maire Jean-François Copé lors de la soirée de présentation du nouveau spectacle historique de la ville. DR  

Ce mercredi matin, Pierre Corbel et la directrice de l'office de tourisme Elena Le Gall accueillent leur hôte dans une salle de la Maison du brie de Meaux. Celui-ci s'enquiert d'une ultime précision historique auprès du directeur du musée Bossuet. La suite de sa journée se déroulera au pas de course, sous l'objectif du smartphone de son frère.

Après Versailles (Yvelines), Bourges (Cher), Colmar (Haut-Rhin) ou Tokyo, le passionné d’histoire(s) a posé ses valises à Meaux. LP/A.A.
Après Versailles (Yvelines), Bourges (Cher), Colmar (Haut-Rhin) ou Tokyo, le passionné d’histoire(s) a posé ses valises à Meaux. LP/A.A.  

« J'ai découvert l'histoire avec mes pieds, insiste Lorànt Deutsch. Ce qui me plaît, c'est de découvrir le patrimoine d'une ville, de tomber nez à nez avec ses vestiges, ses monuments. »

Le conteur d'« A toute berzingue! » tourne ses séquences au gré de ses pérégrinations, sur son temps libre. Il en a plus que d'ordinaire : sur les cinquante dates de la tournée de sa pièce « Romanesque », seules vingt représentations sont maintenues. C'est le cas de celle… de Meaux, programmée le 10 novembre.

L'épisode tourné ce mercredi devrait être mis en ligne sur YouTube à cette occasion. Le format de cette websérie s'adapte au débit mitraillette de son créateur. Chaque épisode dure entre cinq et dix minutes.

«C'est une conversation sans filet, je passe parfois du coq à l'âne»

« J'ai toujours trouvé les réseaux sociaux inintéressants, mais c'est le sens de l'histoire », glisse Lorànt Deutsch. Comme s'il anticipait les reproches dont il fait régulièrement l'objet, le quadragénaire assume l'idée d'« être percutant ». « On peut me le reprocher, concède-t-il. C'est une conversation sans filet, je passe parfois du coq à l'âne. Ça a la fragilité de quelque chose de spontané. »

Cet amoureux du patrimoine vante une histoire « accessible à tous, et pas seulement réservée à quelques happy few ». La plupart des séquences ont été tournées en extérieur, dans des lieux ouverts à la visite : le jardin Bossuet, le canal Cornillon, les remparts. « Je ne vais pas trop dans les musées ou dans les caves », précise le comédien.

Le pavillon de Bossuet, à Meaux. LP/A.A.
Le pavillon de Bossuet, à Meaux. LP/A.A.  

Pour évoquer l'époque moderne, le passage par le musée de la Grande-Guerre reste pourtant un incontournable. « Ce lieu a été pour moi un choc émotionnel », confie Lorànt Deutsch. Cela valait bien une légère entorse à ses principes de visites.

VIDÉO. Lorànt Deutsch raconte Versailles dans sa websérie « À toute berzingue !»