Coronavirus : le repas des aînés avec 300 convives prévu dimanche n’aura pas lieu

Le maire du Mée-sur-Seine, Franck Vernin (UDI) pensait maintenir l’invitation faite aux plus de 67 ans ce dimanche malgré les annonces du Président de la République. Le préfet lui a signifié ce vendredi que ce n’était plus possible.

 Le Mée-sur-Seine, 31 décembre 2016. A l’instar de ce Réveillon au Mas, où chaque table accueillait six personnes, 300 convives de plus de 67 ans étaient invités à participer dimanche au repas des seniors avec des tablées de cinq personnes chacune.
Le Mée-sur-Seine, 31 décembre 2016. A l’instar de ce Réveillon au Mas, où chaque table accueillait six personnes, 300 convives de plus de 67 ans étaient invités à participer dimanche au repas des seniors avec des tablées de cinq personnes chacune. LP/Sophie Bordier

« Une blague? » « Hallucinant! » « Honteux! » L'organisation d'un repas des seniors de 300 convives de plus de 67 ans dimanche au Mée-sur-Seine avait suscité inquiétudes et moult commentaires sur les réseaux sociaux. Ce vendredi midi, le préfet de Seine-et-Marne a contacté le maire pour lui signifier que ce repas ne pourrait se tenir.

« La ville l'aurait organisé ce vendredi midi, c'était juridiquement encore possible. Il y a 48 heures aussi. Mais avec le couvre-feu en Ile-de-France et les nouvelles réglementations y afférant concernant les établissements recevant du public (ERP), c'est interdit ! », assure Thierry Coudert. Le représentant de l'Etat souligne tout de même en passant que les convives aux cheveux blancs constituent « une population à risques. »

Réaction du maire du Mée, Franck Vernin (UDI) : « Je regrette qu'on ne puisse pas réunir les personnes qui souhaitaient partager un moment de convivialité et de détente en cette période. Mais c'est ainsi, nous respecterons les consignes gouvernementales ».

Il l'écrit sur la page Facebook de la ville : « À la suite de la déclaration de l'État d'urgence sanitaire sur le territoire national, la préfecture de Seine-et-Marne interdit à partir de samedi 17 octobre tous les rassemblements sans masque. Le repas des seniors prévu ce dimanche est donc annulé. Chacun sera prévenu personnellement ».

Dans ce repas qui n'était pas dansant (distanciation sociale oblige) et qui était organisé dans la foulée de la semaine bleue dédiée aux seniors, l'élu avait annoncé un protocole sanitaire strict : cinq convives par table, avec un espace d'1,60 mètre qui les sépare les uns des autres, marquage au sol, affichage des gestes barrière, gel hydroalcoolique à l'entrée et sur chaque table, masques obligatoires. Mais ce dispositif n'a pas résisté aux nouvelles règles depuis le couvre-feu en Ile-de-France.

« Une trentaine de personnes en Ile-de-France travaillent aux nouvelles réglementations, notamment pour les établissements recevant du public, selon le type d'ERP. C'est un travail d'une grande complexité », précise le préfet de Seine-et-Marne.

« Irresponsable » selon la cheffe de file de l'opposition

Dès mardi 13 octobre, la cheffe de file de l'opposition municipale, Nathalie Jovin-Dauvergne (DVG), l'avait alerté, estimant « irresponsable pour la santé de nos aînés » la tenue d'un tel repas. Elle s'étonnait car, dans le même temps, la crèche Vanille-Chocolat a fermé ses portes le 13 octobre, certains personnels étant positifs au Covid-19 (leurs collègues devenant cas contact et donc soumis à l'isolement). « Il y a d'autres choses à organiser pour rompre la solitude des anciens, en petits groupes et dans la continuité, pas seulement une fois par an », affirmait-elle.

Sur la page Facebook de la ville du Mée, le maire écrivait que les inscrits étaient « de grandes personnes capables de prendre des décisions par elles-mêmes ».

Il expliquait aussi que le Mas, la salle où devait se dérouler le repas, n'était pas concerné par l'arrêté préfectoral du 13 octobre 2020. « Il n'interdit que les rassemblements festifs de plus de 30 personnes organisés dans ces établissements. Nous ne sommes pas dans ce cas-là puisque le repas n'est pas susceptible de se transformer en soirée dansante ou de conduire à un non-respect des gestes dits barrière ». Mais les règles évoluent en ce moment à chaque palier franchi par la circulation du virus sur le territoire.

Quid du 24 e Salon de la gastronomie, programmé au Mée les 6, 7 et 8 novembre prochains également? Un rendez-vous qui attire régulièrement du monde en trois jours dans le site couvert du Mas. Le concours de cuisine où s'affrontent des élèves des écoles hôtelières du secteur sous l'œil de chefs de l'Académie nationale française de cuisine attire. Tout comme les stands vendant alcools, charcuterie, vins, produits antillais, etc. Et la venue de Miss Ile-de-France certaines années. Selon le préfet Thierry Coudert, « avec les nouvelles règles, tous les salons et foires sont annulés ». Fermez le ban!

A la mairie du Mée, on affirme néanmoins que l'on va vérifier si la tenue d'un marché de la gastronomie en extérieur serait encore possible ou non…