Le Mée-sur-Seine : l’Atelier accompagne une centaine de créateurs d’entreprise

La structure accompagne cette année 105 créateurs d’entreprise dont 51% issus des quartiers prioritaires Politique de la Ville. L’Atelier ouvre son troisième site au Mée.

 Le Mée, le 15 octobre. Le maire du Mée Franck Vernin (UDI) et celui de Melun, président de la CAMVS Louis Vogel (Agir) félicitent trois porteurs de projets situés près d'eux dans les  murs de l’Atelier au Mée.
Le Mée, le 15 octobre. Le maire du Mée Franck Vernin (UDI) et celui de Melun, président de la CAMVS Louis Vogel (Agir) félicitent trois porteurs de projets situés près d'eux dans les murs de l’Atelier au Mée. LP/Sophie Bordier

Avec un taux de chômage de 14,1% dans l'agglomération Melun Val de Seine en 2017 (et de 16,8% à Melun la même année), le centre d'affaires L'Atelier qui accompagne la création d'entreprises joue un rôle moteur pour réaliser le rêve de ceux qui veulent se lancer et échapper aux rangs des demandeurs d'emploi.

Après l'ouverture de deux sites à Melun et Dammarie-les-Lys en 2018, un troisième ouvert en janvier dernier dans l'ancien centre de tri de La Poste au Mée-sur-Seine a été inauguré le 15 octobre. Signe d'une belle activité. En 2018 et 2019, 200 porteurs de projets ont été accompagnés et 105 personnes le sont en 2020!

Créé par la communauté d'agglomération Melun Val de Seine (CAMVS) avec le soutien financier de l'Union européenne, en partenariat avec la Région, ce centre d'affaires au départ dédié aux habitants des quartiers classés prioritaires politique de la ville (QPV) s'adresse désormais à tous les habitants des vingt communes de l'Agglo.

Sur les 105 personnes suivies en 2020, 51% d'entre elles sont issues des QPV. Dans le détail, 47 résident à Melun, 26 au Mée, 14 à Dammarie-les-Lys, 6 à Saint-Fargeau-Ponthierry, 4 à Rubelles, 3 à La Rochette, 2 à Vaux-le-Pénil, 2 à Boissise-le-Roi, une à Livry-sur-Seine et une à Boissette. La jeunesse prime : 50% ont moins de 35 ans.

Le Mée, le 15 octobre.  Méens, Anissa Chanouad et Jérémy Delpellegrino vont ouvrir dans deux mois le restaurant "Braise House" au 7 rue du Général de Gaulle à Melun.LP/Sophie Bordier
Le Mée, le 15 octobre. Méens, Anissa Chanouad et Jérémy Delpellegrino vont ouvrir dans deux mois le restaurant "Braise House" au 7 rue du Général de Gaulle à Melun.LP/Sophie Bordier  

«C'est un accompagnement unique, qui s'étale dans le temps. Ce qui importe, c'est la création de l'entreprise dans de bonnes conditions », insiste Baythir Thiaw, le responsable de l'Atelier. Il cite ses partenaires telles que les banques, la chambre de commerce et d'industrie de Seine-et-Marne et Afile 77. « On ne concurrence pas les outils existants, on les complète », assure -t-il.

Au Mée, hui postes de travail attendent les porteurs de projets, ainsi qu'une salle de réunion. Mutualisation de certains services (courrier, paie, imprimante, communication, etc) , loyer modéré, conseils sont autant d'actions qui les aident. « Le suivi post-création est également assuré, ce qui est rare » , salue de son côté Louis Vogel (Agir), maire de Melun et président de la CAMVS.

Parmi les jeunes créateurs se trouvent Jérémy Delpellegrino, 25 as, et Anissa Chanouad, 22 ans. Méens, ils vont ouvrir un steak house au feu de bois avec bar cosy à Melun au 7 avenue du Général de Gaulle. « L'Atelier nous a vraiment aidés car on a changé de projet en cours de route. On voulait ouvrir un restaurant argentin, mais les banques n'ont pas voulu suivre . Baythir Thiaw nous a remotivés quand on a eu une grosse baisse de moral. Finalement, notre projet de steak house a été accepté par les banques et on espère ouvrir dans deux mois », sourit la jeune femme.

Même chose pour la Méenne Angélique Decros qui compte ouvrir d'ici fin 2020 avec le soutien de l'Atelier une boutique alternative coopérative, Coop'In, à Melun.

Le Mée, le 15 octobre.  Méenne âgée de 50 ans, Eurydice a pu crée son restaurant spécialisé en cuisine guyanaise et afro-caribéenne 2 place de la Préfecture à Melun  grâce à l'Atelier. LP/Sophie Bordier
Le Mée, le 15 octobre. Méenne âgée de 50 ans, Eurydice a pu crée son restaurant spécialisé en cuisine guyanaise et afro-caribéenne 2 place de la Préfecture à Melun grâce à l'Atelier. LP/Sophie Bordier  

D'autres se sont déjà lancés. Ainsi la Méenne Eurydice a créé le restaurant «Les délices d'Eurydice » place de la Préfecture début 2020. Une table spécialisée dans la cuisine guyanaise et afro-caribéenne. «A l'Atelier, j'ai été accompagnée par les bonnes personnes et j'ai bénéficié d'un bon suivi », se réjouit-elle.

Le Mée, le 15 octobre.  Grâce à l'Atelier, le Melunais Ange-Gabriel Missé a créé en septembre 2020 l'entreprise Safe Pro qui commercialise des vêtements professionnels. LP/Sophie Bordier
Le Mée, le 15 octobre. Grâce à l'Atelier, le Melunais Ange-Gabriel Missé a créé en septembre 2020 l'entreprise Safe Pro qui commercialise des vêtements professionnels. LP/Sophie Bordier  

Le Melunais Ange-Gabriel Missé a créé en septembre l'entreprise Safe Pro spécialisée dans les vêtements professionnels. «Grâce à l'Atelier, j'ai eu une formation juridique et de comptabilité, on a fait des simulations de business plans. Ca m'a permis aussi de penser à plein de petits frais comme les assurances, etc ».

« Dans nos villes, nos quartiers, il y a beaucoup d'énergies. Ils ont l'envie, le peps ! Il faut les encourager ! », salue le maire du Mée, Franck Vernin (UDI).

L'Atelier, 520 avenue de la Libération au Mée-sur-Seine. Tél : 09 73 14 19 46