Ile-de-France : 18 mois ferme pour le faux policier qui s’en prenait aux piétons sans masque

Aidé d’un complice, un habitant de Chelles de 29 ans a tenté à trois reprises de soutirer de l’argent à des passants qui ne portaient pas de masque. En vain. Il a été arrêté et condamné.

 Meaux. Le tribunal correctionnel de Meaux a condamné le faux policier chellois à 18 mois de prison ferme.
Meaux. Le tribunal correctionnel de Meaux a condamné le faux policier chellois à 18 mois de prison ferme. LP/Guénaèle Calant

La troisième tentative d'arnaque lui a été fatale. Un Chellois de 29 ans a été condamné ce jeudi à 18 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Meaux. Une peine qui vient sanctionner l'équipée du 15 octobre du prévenu, qui s'est présenté ce jour-là comme policier à trois passants qui ne portaient pas leur masque.

Tout commence à Vaujours, en Seine-Saint-Denis. Deux hommes abordent un adolescent dans la rue, la bouche à l'air. Ses interlocuteurs, qui prétendent être policiers, l'informent qu'il doit s'acquitter d' une amende pour non-port du masque. L'adolescent s'enfuit.

LIRE AUSSI > Faux plombier, faux flics : un gang qui volait des retraitées démantelé

Munis d'un gyrophare, les escrocs reprennent la route et s'arrêtent à Coubron, toujours en Seine-Saint-Denis. Ils s'en prennent cette fois à une grand-mère qui emmène son petit-fils à l'école. Le mode opératoire est le même : la victime se voit sommer de régler 135 euros. Mais elle ne possède pas la somme sur elle.

Les faux policiers raccompagnent alors la retraitée en voiture jusqu'à son domicile. Cette dernière est prête à leur donner les 65 euros qu'elle porte sur elle. Mais un membre de sa famille intervient juste à temps, ce qui fait fuir les deux malfrats.

Un adolescent note la plaque de la voiture des escrocs

Troisième arrêt au Pin, en Seine-et-Marne. Comme la première fois, un adolescent sans masque est ciblé. Comme à Vaujours, la victime leur échappe… et note la plaque d'immatriculation du véhicule du duo d'usurpateurs.

C'est après avoir rendu cette voiture de location dans un Carrefour que l'un des deux hommes a été arrêté. Déjà condamné pour des vols par effraction, ce Chellois était sorti de prison en janvier dernier.

Il a d'abord nié les faits, avant de reconnaître une participation minime à l'équipée. Ainsi, il n'aurait pas pris part aux tentatives d'extorsion, se contentant de conduire la voiture. Un argument qui n'a pas réussi à amadouer le tribunal.