Fontainebleau : la «Forêt du sapin» autorisée à ouvrir, c’est la course aux conifères!

Les premiers clients sont apparus à la «Forêt du sapin», qui a commencé vendredi à vendre ses quelque 800 arbres de Noël.

 Fontainebleau, ce samedi. Pascale, professeur de théâtre à l’arrêt pendant ce deuxième confinement, achète un sapin pour décorer et égayer au plus vite dans cette période morose.
Fontainebleau, ce samedi. Pascale, professeur de théâtre à l’arrêt pendant ce deuxième confinement, achète un sapin pour décorer et égayer au plus vite dans cette période morose. LP/Sébastien Blondé

La « Forêt du sapin », à Fontainebleau, est ouverte depuis ce vendredi, désormais autorisée à vendre ses sapins. Et malgré le fait que Noël soit dans un peu plus d'un mois, les premiers clients ont fait leur apparition sans attendre.

Environ 800 sapins attendent leurs futurs propriétaires sur place. D'après Sophie, la patronne, une quinzaine de clients se sont fournis ce vendredi et encore une trentaine ce samedi.

LIRE AUSSI > Confinement : ouf, le décret «sapin de Noël» est sorti!

« On est quand même étonné, car il y a pas mal de passage, reconnaît la patronne. D'habitude, ce sont plutôt les petits commerçants qui veulent décorer leurs boutiques qui viennent nous voir à cette date. Là, on a des clients qui ont envie d'avoir leur sapin. Peut-être ont-ils peur que ce soit fermé par la suite ? »

«J'ai envie que ça sente un peu la fête»

Pascale, professeur de théâtre de Fontainebleau, n'a pas attendu pour venir récupérer son beau sapin. « Je vais faire un peu de rangement et demain, il sera installé », assure-t-elle, motivée. « Je n'ai jamais acheté un sapin aussi tôt de ma vie, reconnaît-elle. D'habitude, on le met dix jours avant. Mais c'est tellement morose en ce moment. Je me suis dit : il faut qu'on décore, il faut qu'on fasse un truc ! »

Patrick, patron d'une agence média à Paris, est lui aussi là pour égayer sa maison de Fontainebleau. « J'ai envie que ça sente un peu la fête, dit-il. Car il faut positiver. Ce second confinement, c'est sans fin, on n'a pas de visibilité. »

Enfin, même des professionnels sont venus voir les prix de la « Forêt du sapin », ce samedi. À l'image d'Alexandra Leal, la patronne de la fleuriste Osiris, à Saint-Fargeau-Ponthierry.

« Des clients commencent déjà à m'en demander, explique-t-elle. Je suis donc venue demander les tarifs. On a su il y a quelques jours qu'on était autorisés à en vendre en extérieur, comme ici. On vient donc faire travailler les commerçants locaux ! »