Fontainebleau : la commune pressentie pour accueillir le commissariat neuf

C’est peut-être la fin d’un long feuilleton. Le commissariat de Fontainebleau pourrait déménager dans le pavillon Philardeau après l’ouverture du nouvel hôpital. La ville d’Avon souhaitait qu’il soit implanté près de la gare.

 Fontainebleau. Le ministère de l’Intérieur envisage d’implanter le futur commissariat de la commune dans un bâtiment de l’hôpital, le pavillon Pierre Philardeau.
Fontainebleau. Le ministère de l’Intérieur envisage d’implanter le futur commissariat de la commune dans un bâtiment de l’hôpital, le pavillon Pierre Philardeau. LP/Sylvain Deleuze.

Le futur commissariat de Fontainebleau a-t-il enfin trouvé un emplacement ? « Le ministre n'a pas encore pris sa décision mais la piste privilégiée est la réhabilitation de pavillon Pierre Philardeau, lâche Jean-Marc Giraud, le sous-préfet de Fontainebleau. Le préfet a eu un rôle décisif pour accélérer le dossier. »

C'est peut-être l'épilogue d'une très - trop - longue indécision liée notamment à l'absence d'accord entre élus alors que le commissariat de la ville impériale, implanté place de la République au cœur de Fontainebleau, s'effondrait littéralement sur les policiers.

Depuis des années, deux projets étaient proposés pour tenter de remédier à cette situation. Deux solutions pour deux commissariats, l'un à Avon, au pied de la gare RER de Fontainebleau-Avon, l'autre sur Fontainebleau. « J'ai été prévenu que l'Etat avait tranché. C'est la fin d'un épisode douloureux avec des attaques politiciennes malvenues », se réjouit Frédéric Valletoux, le maire (Agir) de Fontainebleau.

La maire d'Avon n'abandonne pas

« J'attends une confirmation du ministère car j'ai encore reçu un courrier qui me dit que ce n'est pas acté », ne désarme pas Marie-Charlotte Nouhaud, la maire (LR) d'Avon. Il n'y a eu aucune concertation et une absence totale d'explication. Le préfet m'a juste indiqué que changer un commissariat de commune ne s'était jamais fait ! »

Passablement énervée, l'élue, qui proposait de payer une grande partie de la construction auprès de la gare, ne comprend pas cette décision alors qu'elle n'a pas pu voir le préfet « après plusieurs demandes de rendez-vous, sans succès. Nous avons eu un meurtre, des bagarres entre bandes, plus de soixante interpellations à la gare. Le construire à deux pas de la gare aurait un vrai sens », estime l'élue.

En attendant, les équipes de la préfecture de police de Paris, en charge de l'immobilier en Ile-de-France « devraient visiter le pavillon Philardeau d'ici 15 jours pour évaluer la faisabilité du projet », précise Benoît Fraslin, le directeur du centre hospitalier du Sud Seine-et-Marne (CHS77).

« Ce bâtiment peut parfaitement accueillir des bureaux, j'y ai le mien actuellement. Il faudra l'adapter aux usages des policiers mais le bâtiment est parfaitement reconditionnable », estime-t-il. Sur l'emprise du site, qui a aussi servi de caserne, d'anciens bâtiments situés autour du pavillon pourraient être détruits pour permettre aux véhicules de police et des visiteurs de se stationner.

Un nouveau projet pas encore chiffré

En l'état du dossier, aucune date n'est actée pour une éventuelle ouverture. Actuellement, le bâtiment est toujours occupé par le personnel hospitalier qui devrait déménager en début d'année prochaine, dès l'ouverture du nouvel hôpital. « Ces travaux pourraient aller vite, d'ici dix-huit mois au minimum », estime Frédéric Valletoux.

Aucun coût n'est avancé. « La ville va acquérir le bâtiment et le revendra pour un euro symbolique au ministère », précise le maire de Fontainebleau qui estime que « cela coûtera moins cher puisqu'il s'agit d'une rénovation ». « Les dernières estimations faites en 2015-2016 sont trop anciennes et doivent être refaites », observe Benoit Fraslin. Le bâtiment devait alors être transformé en logements d'habitation.

« On me dit que cela ira plus vite et que cela sera moins cher mais nous n'avons aucun calendrier, aucun coût et il n'y a pas d'étude », balaye Marie-Charlotte Nouhaud qui proposait un dossier chiffré, presque clé en main.

En attendant, les fonctionnaires de police s'entassent dans cet ancien hôtel particulier, plus que vétuste, et tentent de faire leur travail le plus correctement possible.