Fontainebleau : des centaines de meubles de l’Empereur reviennent au château

D’un commun accord, le Mobilier national et la direction du château ont décidé de rapatrier 400 meubles qui ont eu leur première vie ici avant d'être utilisés dans les ministères et au palais de l’Elysée.

 Fontainebleau, le 10 novembre. Parmi la centaine de meubles récupérés figurent les fauteuils livrés au château pour l’appartement de la reine Hortense au début du XIXe siècle que dévoile Vincent Cochet, le conservateur.
Fontainebleau, le 10 novembre. Parmi la centaine de meubles récupérés figurent les fauteuils livrés au château pour l’appartement de la reine Hortense au début du XIXe siècle que dévoile Vincent Cochet, le conservateur. LP/Faustine Léo

Ils sont de retour à la maison ! Après des décennies voire des siècles loin du château de Fontainebleau, quatre cents meubles conservés par le Mobilier national sont rapatriés.

Ce mardi, un premier quart a été livré, notamment les sièges du salon de Napoléon en 1804 et ceux de l'appartement de la reine de Hollande, fabriqués il y a plus de deux siècles. Trois autres meubles seront livrés dans les années à venir. Usés par les fesses de divers ministres ou celles du général de Gaulle, ces sièges aménageaient bureaux et salles de réunion de ministères et de palais de la République.

Palais de l’Elysée, le 9 septembre 1968. Le président de la République, Charles de Gaulle donne une conference de presse assis sur un siège doré. LP/Marcel Guérard
Palais de l’Elysée, le 9 septembre 1968. Le président de la République, Charles de Gaulle donne une conference de presse assis sur un siège doré. LP/Marcel Guérard  

Ils doivent être rénovés. Surtout, ils ne sont plus à la mode et donc plus demandés par ceux qui nous dirigent pour décorer leurs lieux de travail. « C'est extraordinaire qu'ils retrouvent leur place ici », s'est réjoui le président du château par intérim, Jean-François Hébert, qui attend que soit nommé son successeur.

« Nous sommes plus légitimes à avoir ces meubles ici »

La direction du château a négocié avec le Mobilier national, sans doute aussi ravi de faire de la place dans ses lieux coûteux de stock, pour récupérer ces meubles qui ont eu leur première vie ici. La plus grande partie restera dans les réserves mais quelques pièces compléteront les aménagements des appartements accessibles aux visiteurs. La restauration sera à la charge des ministères à qui ces meubles sont toujours affectés.

Fontainebleau, le 10 novembre. La direction du château a négocié avec le Mobilier national pour récupérer ces meubles qui ont eu leur première vie au palais. LP/Faustine Léo
Fontainebleau, le 10 novembre. La direction du château a négocié avec le Mobilier national pour récupérer ces meubles qui ont eu leur première vie au palais. LP/Faustine Léo  

« Nous sommes plus légitimes à avoir ces meubles ici, insiste Vincent Cochet, un des conservateurs du château. Certains étaient présents dans l'appartement du pape Pie VII, alors en captivité. D'autres étaient utilisés sous Louis-Philippe puis ont été enlevés pour être remplacés par un aménagement jugé plus moderne pour l'époque ».

Tous les meubles ont été numérotés au fil des siècles ce qui permet de retracer précisément leur histoire. Ainsi ce fauteuil en bois sculpté doré, dont il ne reste que le châssis, a eu sa place dans le bureau du général de Gaulle, au palais de l'Elysée, qui s'en servait pour donner de nombreuses interviews.