Couilly-Pont-aux-Dames : la Maison de retraite des artistes a dévoilé son parc ce week-end

À l’occasion des Journées du patrimoine, les visiteurs ont pu découvrir cet écrin de verdure. Mais impossible, en raison du protocole sanitaire, d’accéder aux collections.

 Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. Le nombre de visiteurs a été limité lors des Journées du patrimoine, en raison du protocole sanitaire dû à la pandémie de Covid 19.
Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. Le nombre de visiteurs a été limité lors des Journées du patrimoine, en raison du protocole sanitaire dû à la pandémie de Covid 19. LP/Guénaèle Calant

Sandrine Vallet-Pierrette est passionnée par la Maison de retraite des artistes de Couilly-Pont-aux-Dames. Et les privilégiés qui ont visité son parc de 3 ha, lors des Journées du patrimoine, s'en sont rendu compte. Bénévole pendant vingt ans dans cette institution, cette fille du pays - devenue directrice du musée et des collections - en connaît tous les recoins.

« Elle vit son sujet », constate ce Chellois. Cette Maison de retraite en pierre meulière, qui n'est plus réservée aujourd'hui aux seuls comédiens, ils en connaissaient seulement l'enceinte, visible depuis la D 934. Sa femme avoue son étonnement : « De l'extérieur, c'est vraiment austère. Mais dedans, c'est magnifique ».

Pandémie de Covid 19 oblige, l'accès aux collections n'a pas été possible et la jauge des visiteurs - dont la température était vérifiée à l'entrée - a été revue à la baisse, pour des raisons de sécurité sanitaire.

Des groupes de 25 visiteurs masqués

« Il m'est arrivé d'avoir jusqu'à cent cinquante personnes les années précédentes. Aujourd'hui, vous êtes vingt-cinq maximum par visite », a annoncé Sandrine Vallet-Pierrette, avant de se lancer à l'assaut du parc et de livrer quelques anecdotes.

Tout le monde est resté à bonne distance des bâtiments, où sont logés une soixantaine de pensionnaires. C'est là que le chanteur Graeme Allwright a terminé sa vie en février dernier. Là aussi que la chanteuse Annie Cordy, décédée le 4 septembre dans le sud de la France, venait chanter pour les pensionnaires. Sans oublier les visites - liées à son statut d'administrateur- de Roger Carel, décédé le 11 septembre.

Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. C’est à l’acteur Constant Coquelin que l’on doit la construction de l’édifice.LP/Guénaèle Calant
Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. C’est à l’acteur Constant Coquelin que l’on doit la construction de l’édifice.LP/Guénaèle Calant  

Pour comprendre les lieux, il faut remonter à l'année 1900. Constant Coquelin, acteur de la Comédie-Française et créateur du rôle de Cyrano de Bergerac, est élu président de l'Association de secours mutuels des artistes dramatiques. Celui qui est surnommé le Grand Coq décide de construire une maison de retraite, pour les comédiens les plus pauvres.

Théâtre de verdure de Sarah Bernhardt

Et c'est à Couilly-Pont-aux-Dames, au milieu de la vallée des peintres du Grand Morin, sur le site d'une ancienne abbaye royale cistercienne où la comtesse du Barry fut exilée en 1774, qu'il réalise son rêve. La première pierre de cet édifice à la façade Art nouveau est posée en 1903, l'inauguration a lieu en 1905.

Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. La tombe de Constant Coquelin, où est également enterré son fils Jean, est nichée dans un sous-bois.LP/Guénaèle Calant
Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. La tombe de Constant Coquelin, où est également enterré son fils Jean, est nichée dans un sous-bois.LP/Guénaèle Calant  

La tombe de Constant Coquelin - mort en 1909 à Couilly-Pont-aux-Dames - sommeille dans un sous-bois, au fond du parc. « C'était une mégastar à l'époque. Il y a eu un monde incroyable à son enterrement », indique Sandrine Vallet- Pierrette, photo à l'appui. L'acteur avait eu droit à des obsèques nationales, les théâtres parisiens avaient fermé leurs portes.

Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. Le théâtre de verdure a vu jouer la tragédienne Sarah Bernhardt.LP/Guénaèle Calant
Couilly-Pont-aux-Dames, dimanche 20 septembre 2020. Le théâtre de verdure a vu jouer la tragédienne Sarah Bernhardt.LP/Guénaèle Calant  

Les visiteurs ont pu déambuler jusqu'au théâtre de verdure, où la tragédienne Sarah Bernhardt s'est produite.

Une exposition, présentant cent clichés d'artistes de l'époque réalisés par les grands noms de la photographie, de Nadar à Harcourt, a été montée dans une des pièces du « château », grande maison bourgeoise. Constant Coquelin y avait élu domicile : s'y trouvent encore son mobilier et ses collections, complétées depuis par les dons d'autres artistes.