Collégien : face au Covid-19, le centre commercial Bay 2 a limité la casse

Touché comme beaucoup par la crise sanitaire, le centre commercial devrait attirer cette année un peu moins que ses 7 millions de visiteurs annuels habituels. La direction évalue la perte entre 5 et 10 % mais se veut optimiste.

 Collégien, jeudi 8 octobre 2020. Directeur du centre commercial Bay 2 depuis trois ans, Hervé Darracq a constaté une baisse de la fréquentation de 10 % par rapport à l’an dernier.
Collégien, jeudi 8 octobre 2020. Directeur du centre commercial Bay 2 depuis trois ans, Hervé Darracq a constaté une baisse de la fréquentation de 10 % par rapport à l’an dernier. LP/Alexandre Métivier

C'est un centre commercial moins grand et moins fréquenté que son voisin du Val d'Europe. Mais c'est ce qui fait la force de Bay 2 à Collégien selon son directeur Hervé Darracq. « On a un centre simple et pratique. C'est une manière de se démarquer des autres, avec un accompagnement des commerçants dans le développement de leur business », expose-t-il.

Propriété du groupe Carmila depuis six ans, le centre commercial aux 110 boutiques et restaurants sur 21 700 m² attire 7 millions de visiteurs par an. À titre de comparaison, le voisin val-européen flirte avec les 20 millions de visiteurs pour une surface quasiment cinq fois supérieure.

Avec le contexte de crise sanitaire, la fréquentation sera moindre cette année à Collégien. « Entre janvier et fin septembre, on est sur du -10 % de visiteurs pour l'ensemble du centre. Mais on pense qu'on sera à -5 ou -6 % en fin d'année, estime Hervé Darracq. Carrefour est resté ouvert et ça a cartonné pendant le confinement. Aujourd'hui, ils sont à + 4 % par rapport à 2019 entre janvier et septembre, avec un panier moyen qui augmente. Nous avons l'ouverture de dix boutiques cette année, ce qui fait de 2020 l'année la plus dynamique sur ce point depuis que Carmila est propriétaire. »

« Nous sommes prêts à tout »

Normal, une enseigne danoise qui propose des produits de cuisine ou cosmétique de grandes marques à prix cassés, ouvre le 23 octobre. Ensuite, Chausséa et Cuisine Privée arriveront vers la fin novembre. « Entre départs et arrivées, nous sommes sur un solde positif de quatre, c'est-à-dire dix arrivées pour six départs dont Camaïeu ou André dans un contexte de liquidation judiciaire », ajoute le directeur d'un centre qui compte entre 550 et 600 salariés, dont 300 pour le seul Carrefour.

Fermées pendant le confinement, les boutiques ont pu rouvrir dès le 11 mai. « Notre taille, en dessous du seuil fixé à l'époque à 40 000 m², nous a permis de rouvrir vite. On a appuyé sur le centre à taille humaine pour rassurer et retrouver nos clients », poursuit Hervé Darracq.

Collégien, jeudi 8 octobre 2020. Les boutiques ont rouvert dès le 11 mai en respectant le protocole sanitaire Covid. LP/Alexandre Métivier
Collégien, jeudi 8 octobre 2020. Les boutiques ont rouvert dès le 11 mai en respectant le protocole sanitaire Covid. LP/Alexandre Métivier  

Alors que la deuxième vague du Covid s'abat sur le pays, et notamment en région parisienne, il surveille les indicateurs mais ne se montre pas inquiet pour autant : « Je suis d'un naturel optimiste. Toutes les mesures sanitaires sont déjà prises, les gens portent bien le masque. Nous ne souhaitons pas revivre le scénario de mars et un confinement, ce n'est pas la tendance, mais nous sommes prêts à tout », assure-t-il.

La jauge de 4 m2 par client n'est pas un souci

La jauge aujourd'hui appliquée dans les centres commerciaux à Paris et la petite couronne de 4 m² par client n'est pas un problème non plus. « On s'engagera sur ça si la Seine-et-Marne vient à être concernée. Aujourd'hui, avec ce seuil, on peut accueillir 4 600 personnes au même moment. Soit du jamais-vu ici. Notre record de fréquentation quotidienne date de décembre 2017 avec 4 300 personnes en simultané. »

Serein face à la menace sanitaire, Hervé Darracq est également optimiste pour l'avenir d'un « centre commercial qui en a encore sous le pied. Il n'y a pas de velléité d'agrandissement bien au contraire. La proximité est essentielle. On veut la développer encore avec les clients pour rester un centre qui rassure avec une offre dans tous les secteurs d'activité. »