300 emplois prévus chez Costco, le discounter américain qui remplacera Leclerc à Pontault-Combault

Le centre Leclerc, installé dans la zone commerciale des Quatre-Chênes, a fermé ses portes fin 2020. A la place, l’enseigne discount américaine Costco ouvrira en novembre son deuxième magasin en France.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Villebon-sur-Yvette (Essonne), septembre 2018. Gary Swindells est le président de Costco France.
Villebon-sur-Yvette (Essonne), septembre 2018. Gary Swindells est le président de Costco France. LP/Gérald Moruzzi

Derrière les portes closes, les quelque 130 employés sont partis et ce sont des ouvriers qui s'activent. L'enseigne, installée depuis 2012 dans la zone commerciale des Quatre-Chênes, à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), a définitivement baissé le rideau le 31 décembre dernier.

« Je ne savais pas qu'il avait fermé, raconte cette habitante de Fontenay-Trésigny. Je ne venais pas souvent. Les fruits n'étaient pas terribles mais, comme c'était grand, il y avait pas mal de choix. Je n'ai jamais compris que Leclerc s'installe ici, alors qu'il y a un hypermarché Carrefour à quelques centaines de mètres. »

L'accessibilité de la zone commerciale pointée du doigt

« Je crois que c'est le premier hypermarché de cette taille à fermer en France, souffle Gilles Bord, le maire (PS) de Pontault-Combault. L'enseigne n'a manifestement pas réalisé le chiffre d'affaires attendu. L'une des explications est liée sans doute à l'accessibilité de la zone, enclavée en bordure de la D604 entre Pontault-Combault et La Queue-en-Brie (NDLR : Val-de-Marne). Des travaux sont prévus avec le propriétaire, la CNP, pour améliorer tout ça. »

La direction de Leclerc met effectivement en avant « les difficultés structurelles d'accessibilité du site et l'absence d'accord avec le propriétaire de la zone » pour expliquer cette fermeture, qui ne concerne pas le drive ni la station-service et leurs 37 salariés en CDI.

« La direction s'est engagée à mettre en place des mesures d'accompagnement et de suivi pour ses 108 collaborateurs concernés, assure-t-elle. Elle a mis à disposition de ses salariés un Espace mobilité emploi au mois de janvier. Géré par un cabinet spécialisé, ce dispositif permet un suivi personnalisé pour accélérer la recherche d'emploi ou de formation. » Ces derniers se verront proposer en priorité les prochaines offres d'emploi des magasins Leclerc proches de Pontault-Combault.

«Ma priorité, c'est l'emploi local», souligne le maire

Il y a quelques jours, l'élu était venu superviser le début du recrutement du magasin Brico Dépôt, qui ouvrira en mai dans le parc d'activités du Pontillault, à la place de Castorama. Organisé en collaboration avec Pôle emploi, les associations et missions locales, le dispositif pourrait bien être réutilisé pour le géant américain Costco.

Si Leclerc doit rendre les clés au propriétaire prochainement, il faudra encore patienter pour voir arriver la future « locomotive » de la zone des Quatre-Chênes. Une arrivée source d'espérance pour le maire. « Ma priorité, c'est l'emploi local. La venue de Costco va permettre l'embauche d'environ 300 personnes. Cela va redynamiser cette zone. Depuis que l'on sait que Costco va arriver, il y a beaucoup de demandes d'enseignes qui veulent venir s'installer. »

Villebon-sur-Yvette (Essonne), en 2018. Voici à quoi pourrait ressembler l’entrée du magasin Costco qui doit ouvrir en novembre à Pontault-Combault. LP/Manon Varaldo
Villebon-sur-Yvette (Essonne), en 2018. Voici à quoi pourrait ressembler l’entrée du magasin Costco qui doit ouvrir en novembre à Pontault-Combault. LP/Manon Varaldo  

« Nous devrions commencer le recrutement à la fin du printemps ou au début de l'été pour une ouverture espérée à la mi-novembre. Et 95 % des embauchés viendront du secteur », indique Gary Swindells, le président de Costco France. « Nous n'offrons pas seulement des emplois mais une carrière. Sur nos salariés, nous avons un turnover de seulement 6 % », s'enorgueillit celui qui est entré chez Costco il y a 28 ans.

Newsletter L'essentiel du 77
Un tour de l'actualité de la Seine-et-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Pontault-Combault accueillera donc le deuxième Costco de France, après celui qui a ouvert en juin 2017 à Villebon-sur-Yvette (Essonne). Un clin d'œil de l'histoire puisque c'est en Seine-et-Marne, à Bussy-Saint-Georges, que Costco voulait au départ implanter son tout premier club-entrepôt en France.

Une carte de membre à 36 euros

Sur 8000 mètres carrés, particuliers et professionnels trouveront environ 3500 références — soit vingt fois moins que dans la plupart des hypermarchés de la grande distribution classique —, notamment dans l'alimentaire qui constitue 50 % des produits. Un choix restreint qui permet de proposer des tarifs inférieurs de 15 à 20 %.

Autre source d'économie, les articles sont présentés sur des palettes qui remplacent les rayonnages. L'enseigne discount favorise les grandes quantités, la présentation en lots et en emballages alimentaires XXL qui attirent les commerçants détaillants et incite les clients à acheter certains articles par douzaine.

Seule condition pour faire ses courses chez Costco : être titulaire d'une carte de membre vendue 36 euros. Le tarif n'a pas changé depuis 2017. « En France, nous en sommes à 160 000 porteurs de cartes, assure Gary Swindells. Et 70 % d'entre eux habitent à moins de 30 minutes de Villebon-sur-Yvette. Mais nous avons aussi des clients qui viennent d'un peu partout en France, le week-end en particulier. » Le montant du panier moyen s'élève entre 140 à 150 euros en semaine et entre 160 et 180 euros le week-end.

Bientôt une station essence low-cost ?

L'arrivée effective du géant américain de la grande distribution discount est attendue par les autres enseignes de la zone des Quatre-Chênes, privée de la clientèle du Leclerc depuis ces dernières semaines. « Il ne faut pas que l'espace reste vide trop longtemps, confie une vendeuse de la boutique Cache-Cache. Il y a un peu moins de monde mais difficile de dire si c'est parce que Leclerc a fermé ou à cause du couvre-feu. On attend surtout de voir ce que vont donner les travaux. »

Y aura-t-il une station essence low-cost de 16 pompes réservée aux adhérents de Costco comme à Villebon-sur-Yvette? Pour le patron, il est trop tôt pour le dire. « Nous allons fêter le premier anniversaire de la station fin janvier alors que nous avions ouvert le club-entrepôt en 2017 », lance Gary Swindells.

Tout comme il faudra patienter pour connaître le prochain lieu d'implantation. Costco, qui compte 800 clubs-entrepôts repartis sur onze pays dans le monde, a toujours l'ambition d'en ouvrir « entre dix et douze en France d'ici à dix ans ».

VIDÉO. On a testé Costco, le géant américain de la grande distribution