Une sonde chinoise en route vers la Lune pour rapporter des roches

Si la mission se déroule comme prévu, la Chine deviendrait le troisième pays à réussir la prouesse de ramener des roches lunaires, après les États-Unis et l'Union soviétique.

 Décollage de la fusée Y5 Long March-5, depuis Wenchang, en Chine, le 24 novembre 2020.
 Décollage de la fusée Y5 Long March-5, depuis Wenchang, en Chine, le 24 novembre 2020. REUTERS/Tingshu Wang

La Chine dit avoir lancé avec succès, mardi, sa sonde Chang'e-5 vers la Lune, pour en rapporter des roches, première tentative du genre, toutes nations confondues, depuis 1976. La fusée Y5 Long March-5 a décollé du centre spatial de Wenchang, dans la province de Hainan, à 4h30 (21h30, lundi, à Paris). L'agence spatiale chinoise CNSA a déclaré dans un communiqué que la fusée avait volé pendant près de 37 minutes avant d'envoyer le vaisseau spatial sur la trajectoire prévue.

La chaîne de télévision d'État CCTV, qui a couvert en direct le lancement, a montré des images du personnel de la CNSA en uniforme bleu applaudissant alors qu'il regardait le vaisseau spatial s'éloigner.

La mission Chang'e-5, du nom de l'ancienne déesse chinoise de la lune, doit collecter 2 kg d'échantillons lunaires pour aider les scientifiques à mieux comprendre les origines et la formation de la lune. Deux véhicules chinois devraient se poser sur le satellite de la Terre dans environ huit jours, selon Pei Zhaoyu, un porte-parole de la mission. La sonde devrait être rester sur la surface lunaire pendant deux jours, pour une durée totale de mission de 23 jours.

Jusqu'à deux mètres de profondeur

L'atterrisseur doit forer la surface lunaire, avec un bras robotique creusant le sol et les roches jusqu'à deux mètres de profondeur. Ce matériel serait ensuite transféré au module de remontée, qui devrait le transmettre à un orbiteur. Les échantillons seraient ensuite transférés dans une capsule de retour, avec un atterrissage prévu dans la région de Mongolie intérieure en Chine. Pas simple...

Si la mission se déroule comme prévu, la Chine deviendrait le troisième pays à réussir la prouesse de ramener des roches lunaires, après les États-Unis et l'Union soviétique. Toutefois, les échantillons seront prélevés dans une zone géologique bien plus jeune que celles des précédentes missions.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

La Chine a effectué l'an dernier le premier atterrissage de l'histoire sur la face cachée de la Lune. En juillet, elle a envoyé une sonde sur Mars et souhaite mettre en service une station spatiale habitée permanente vers 2022. Egalement, en ligne de mire : l'envoi d'astronautes chinois sur la Lune d'ici 2030.