SpaceX, Virgin, BlueOrigin... Qui gagnera la course au tourisme spatial?

Les principaux acteurs du secteur projettent une ouverture de leur service dans l’année.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
Les fondateurs respectifs de SpaceX et Blue Origin, Elon Musk et Jeff Bezos.
Les fondateurs respectifs de SpaceX et Blue Origin, Elon Musk et Jeff Bezos. BRENDAN SMIALOWSKI MANDEL NGAN

C’est encore de la fiction… mais la réalité se rapproche. En l’espace de deux semaines, les principaux acteurs du tourisme spatial, secteur souvent regardé avec un certain scepticisme, ont tous avancé leurs pions.

Commençons par le plus en vue, la société SpaceX, qui a présenté lundi Inspiration4, une mission susceptible d’avoir lieu avant la fin de l’année. Le jour J, quatre personnes s’envoleront à bord d’une fusée Falcon 9 puis orbiteront autour de la Terre pendant plusieurs jours au sein de la capsule Crew Dragon. Seul passager déclaré pour le moment, Jared Isaacman, fondateur et patron de l’entreprise Shift4 Payments, a fait don des trois autres sièges à des personnes qui seront sélectionnées pour leur générosité ou leurs aventures entrepreneuriales.

« C’est un vol orbital : ils vont rester dans l’espace plus d’une orbite. Ce qui est planifié est assez nouveau car, jusqu’à présent, en matière de tourisme spatial, on parlait plutôt de vols suborbitaux », rappelle Xavier Pasco, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique. L’an dernier, SpaceX avait déjà évoqué un séjour prolongé à une altitude vertigineuse, entre 800 et 1200 km, pour quelques touristes de luxe, en partenariat avec la société Space Adventures. Il pourrait avoir lieu courant 2022.

Branson dans l’espace d’ici fin mars…

« De leur côté, des entreprises comme Virgin Galactic comptent juste emmener les gens aux limites de l’espace et leur faire faire une trajectoire balistique. Pendant quelques minutes, les passagers sont en apesanteur et rentrent sur Terre. Ils ne décrivent pas une orbite complète », poursuit Xavier Pasco. Lundi, Virgin Galactic est justement repartie à l’offensive. La compagnie du milliardaire Richard Branson a annoncé vouloir faire décoller son avion spatial suborbital SpaceShipTwo dès ce mois-ci, avec une fenêtre de tir débutant le 13 février. Lors de ce vol de test, l’engin futuriste doit embarquer deux pilotes jusqu’à 80 kilomètres d’altitude. Une première tentative avait été interrompue le 12 décembre, après que son moteur s’était rapidement éteint en vol obligeant l’appareil à atterrir prématurément.

Lors d’un deuxième test, quatre employés expérimenteront le vol en apesanteur. Puis ce sera au tour de Richard Branson de prendre place dans le SpaceShipTwo avant de laisser les sièges aux futurs touristes. En novembre dernier, Virgin Galactic prévoyait que ce vol inaugural de son patron aurait lieu avant la fin du premier trimestre 2021, échéance qui n’a pas été décalée contrairement à la date du premier vol de test. « Nous prévoyons moins de 50 % de chance pour Virgin Galactic de faire voler des passagers payants en 2021 », a tweeté lundi Astralytical, société de conseil dans le secteur aérospatial. Mais un vol réussi ce mois-ci pourrait faire grimper la cote.

…et la fusée de Bezos en avril ?

Blue Origin n’est pas en reste puisque la compagnie du patron d’Amazon, Jeff Bezos, a réussi il y a deux semaines le 14ème vol de test de sa New Shepard. A cette occasion, des sources en interne ont confié à la chaîne américaine CNBC que cette fusée réutilisable, dont la configuration ne devrait plus changer, pourrait transporter ses premiers passagers d’ici début avril, après un autre essai qui pourrait avoir lieu fin février. Ce que la société a tenu pour des spéculations. Objectif affiché : 100 kilomètres d’altitude. Malgré les signes encourageants, Astralytical estime que la probabilité qu’un vol commercial de New Shepard ait lieu dans les trois prochaines années est « modérément faible ».

Quant à Axiom Space, société installée à Houston, elle a communiqué fin janvier la composition du premier équipage intégralement privé qu’elle enverra dans l’espace en janvier 2022. Outre son vice-président, l’ancien astronaute Michael López-Alegria, trois hommes d’affaires, l’Israélien Eytan Stibbe, la Canadien Mark Pathy et l’Américain Larry Connor, séjourneront une dizaine de jours dans la Station spatiale internationale (ISS). Prix du billet : 55 millions de dollars. Qui, pour leur part, ne tomberont pas dans l’escarcelle d’une société privée, mais de la Nasa. Prévue initialement pour octobre, cette arrivée d’astronautes privés dans l’ISS ne sera pas une première puisque Space Adventures avait donné cette chance à sept touristes VIP dans les années 2000. Axiom envisage, une fois ces missions devenues routinières, de créer sa propre station spatiale.