Espace : mission (probablement) accomplie pour la sonde Osiris-Rex sur l’astéroïde Bennu

Mercredi, la Nasa a publié des images de l’opération d’échantillonnage du sol de l’astéroïde par sa sonde lancée en 2016. Osiris-Rex a très probablement réussi à récupérer des fragments de Bennu.

Il va falloir attendre encore quelques jours avant de savoir précisément combien de grammes ont pu être collectés, mais que représentent ces jours pour une mission lancée il y a quatre ans? Mercredi, la Nasa a publié les premières images de l'opération d'échantillonnage du sol de l'astéroïde Bennu par la sonde Osiris-Rex la veille, à 330 millions de kilomètres de la Terre. Elles montrent que l'appareil est sans doute parvenu à récupérer des grains ou des cailloux.

Pendant environ 6 secondes, la sonde a touché le sol de l'astéroïde pour récupérer, à l'aide d'un bras, des grains de sable et de poussière du sol de Bennu, soulevés de la surface par un souffle de gaz comprimé.

Sur la succession de photographies prises pendant l'approche, on voit le bras se rapprocher du sol, puis manifestement briser une pierre grosse mais apparemment friable au moment du contact, ce qui est une bonne nouvelle, a raconté Dante Lauretta, responsable de la mission, puisque cela aurait créé des fragments plus facilement récupérables par le bras. Puis le souffle d'azote a projeté un nuage de poussières et de grains, selon les images -- là encore une bonne nouvelle.

AFP/NASA TV/HANDOUT
AFP/NASA TV/HANDOUT  

« La conclusion, sur la base des images que nous avons reçues jusqu'à présent, est que l'opération d'échantillonnage s'est très bien passée, aussi bien qu'on l'espérait », a dit le scientifique. La probabilité que des matières aient été collectées « a fortement augmenté », s'est-il félicité.

Au moins 60 grammes espérés

L'appareil, long de six mètres, tournait autour de Bennu depuis fin 2018 pour préparer cette opération très complexe, réalisée de façon autonome par le robot à partir des instructions envoyées par les ingénieurs de la Nasa et de Lockheed Martin. « Nous ne pouvons pas piloter l'appareil avec un joystick en temps réel », avait expliqué Kenneth Getzandanner, responsable des opérations de vol. A cette distance, le signal met 18 minutes et demie pour aller de la Terre à Bennu, et inversement.

Pour connaitre le verdict final, il va d'abord falloir attendre des photographies de l'échantillon à l'intérieur de la sonde, puis la mesure exacte de la masse par une opération de rotation de la sonde samedi, avec un rapport final attendu lundi. Le but est de récupérer au moins 60 grammes. La Nasa espère qu'ils permettront de révéler les ingrédients originels du système solaire.

La sonde n'a pas été endommagée en entrant en contact avec l'astéroïde, le mécanisme s'est bien déclenché, et elle a pu s'éloigner ensuite à distance sûre. « La mission Osiris-Rex est allée au-delà de toutes les espérances », a résumé le patron de la Nasa, Jim Bridenstine, félicitant les équipes. Restera ensuite à rapporter les échantillons sur Terre : le retour est programmé pour le 24 septembre 2023, avec un atterrissage prévu dans le désert de l'Utah.

Tous les échantillons ne seront pas analysés immédiatement, comme ceux rapportés de la Lune par les astronautes d'Apollo, que la Nasa ouvre encore au compte-gouttes cinquante ans après. « Les échantillons de Bennu permettront aux futures planétologues de poser des questions auxquelles on ne pense pas aujourd'hui, avec des techniques qui n'ont pas encore été inventées », dit Lori Glaze.