Dans l’Eure, le hacker de l’espace rouvre un observatoire

Gaël Musquet vient de relancer l’observatoire de Vernon (Eure). Le premier d’un réseau mondial : son objectif est d’en déployer une dizaine sur la planète pour « éviter d’être sourd et aveugle ».

 Gaël Musquet veut être les yeux et oreilles de l’espace
Gaël Musquet veut être les yeux et oreilles de l’espace #PRESSE30

Fermé depuis la fermeture de la base militaire, l'Observatoire de Vernon pointe de nouveau les étoiles grâce à Gaël Musquet, que la communauté scientifique surnomme « le hacker éthique et citoyen ». C'est pendant le confinement qu'il a redécouvert l'ancien observatoire « fermé depuis le départ de l'armée », implanté sur ce qui est aujourd'hui le Campus de l'Espace, et notamment « sa chambre de visée stellaire en parfait état. Elle servait à régler la visée des missiles. Depuis, j'ai une mission d'animation scientifique ».

Avec le soutien d'entreprises normandes, françaises et européennes, il équipe les douze hectares du site « de quinze instruments dont deux télescopes, trois lunettes, des stations météo et, très rare, d'un spectroscope. Cela devient un observatoire professionnel. Le seul dans l'Eure avec un ciel pas aussi parfait qu'au Pic du Midi, mais mieux qu'à Paris. Il aura une vocation de vulgarisation auprès du grand public et des jeunes, mais surtout il fournira des spectres d'étoiles BE (NDLR : des étoiles qui ont une très grande vitesse de rotation dont l'observation avec des instruments classiques est difficile) à des laboratoires. Notre but est de bien maîtriser les instruments pour avoir un signal impeccable, donc des informations sur leur composition, leur stabilité, à des fins de recherches et d'études. Tout est automatisé », détaille Gaël Musquet.

Un parcours fait de persévérance

Né en Guadeloupe il y a quarante ans, celui qui est le cofondateur de l'association OpenStreetMap revendique son statut de hacker : « On en a une vision négative. Le hacker est considéré comme un voleur, un harceleur ou un pirate. Seulement la majorité sont des bons. Le hacker est comme un système immunitaire de la société. Il cherche à contourner les protections principalement informatiques pour mieux les sécuriser. Il est là pour signaler. D'ailleurs, il en manque un million en Europe sur l'innovation, les communications et la cybersécurité. Après, c'est un état d'esprit, une manière de vivre. Moi, je me mets au service des biens et des personnes ».

Un besoin survenu lors de son l'enfance aux Antilles où il a été victime de l'ouragan Hugo en 1989. « Il a partiellement détruit ma maison. Ce fut le départ de mon orientation et de ma formation technologique et scientifique. Je voulais devenir astronome ou astrophysicien. Je suis devenu météorologue », déclare ce fils de banquier. À force de persévérance, Gaël Musquet a toutefois réussi à mélanger ses passions pour la Terre et l'Espace. Avec sa société Altrnativ.radio, hébergée à la Base Aérienne 105 d'Évreux (Eure), il observe le ciel pour le compte de l'Armée de l'Air, « pour enregistrer tout ce qui vole sur le territoire, du planeur aux avions de lignes ».

Etudier l'espace pour comprendre la Terre

Le hacker veut aller plus loin. « Nous avons déjà installé deux autres sites dans l'Eure. D'autres sont prévus dans la Vienne, la Creuse et Les Ardennes. Des endroits où la pollution lumineuse est faible. Courant novembre, un observatoire sera ouvert à Mayotte. En décembre, un à La Désirade en Guadeloupe et suivront en 2021, un en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie. Il y aura donc des créations de poste pour une activité économique et pérenne ».

Mais, au final, pourquoi tout cet investissement ? « L'étude de l'espace permet de résoudre de considérables problèmes. L'espace permet d'étudier la Terre Par ailleurs, on en dépend tellement des satellites que nous en sommes vulnérables. Nous devons avoir les yeux et les oreilles ouverts en permanence. Cela permettra également d'anticiper des collisions d'objets stellaires, voire des catastrophes naturelles. Eviter d'être sourd et aveugle ! » argumente Gaël Musquet.