Rumeurs et confinement

CHRONIQUE. Le confinement est inévitable, nous dit-on, mais quand ? Seuls les chiffres disponibles mercredi sur le bilan du couvre-feu généralisé à 18 heures et ceux permettant de savoir dans quelle proportion circule le variant britannique pourront le dire.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Rosalie Lucas, cheffe de service adjointe au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France.
Rosalie Lucas, cheffe de service adjointe au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France.  LP

C'est une femme qui interroge sa sœur travaillant au gouvernement : « Dis-moi, c'est vrai que vous reconfinez le 5 ? » C'est un conseiller en panique qui textote : « Mon ministre est sur les plateaux télé dans une heure, que doit-il dire sur le confinement, on accélère ? »

Dimanche, les portables ont chauffé au ministère de la Santé après des fuites relatant un reconfinement pour ce début de semaine et une allocution déjà programmée d'Emmanuel Macron. « C'est toujours pareil, chaque semaine… démine-t-on à l'Elysée, il y a quinze jours, toutes les chaînes info nous disaient déjà attention on reconfine, et c'était faux. »

Dimanche soir, le message était clair du côté de l'exécutif : « Rien n'est écrit, on n'est pas madame Irma ». Mais à force de s'entendre dire que le confinement est inévitable, les Français le croient et stressent. Annoncé jeudi, la semaine prochaine, dans quinze jours? Ce sont les chiffres qui le diront. « Si on voit que le virus se remet à progresser fortement, on ferme. On le fera si on n'a pas le choix. Celui qu'on a instauré en octobre a été efficace. Mais je peux vous dire qu'il n'y a pas de plan caché, ni de scénario pré-écrit », assurait le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une rencontre avec nos lecteurs en fin de semaine.

Emmanuel Macron doit présider un nouveau conseil de défense sanitaire mercredi. « Ce jour-là, on aura des chiffres sur la situation sanitaire et un bilan après quinze jours de couvre-feu généralisé à 18 heures, cela nous permettra de savoir si, pour l'instant, cela suffit pour maintenir l'épidémie sous contrôle », répète l'Elysée.

En plus des effets du couvre-feu, le gouvernement va également analyser lors de cette réunion une nouvelle enquête flash sur le variant britannique afin de savoir dans quelle proportion il circule sur le territoire français. Si le tableau montre que le couvre-feu ne suffit plus et que le variant est partout, le confinement sera inévitable. Si on n'en est pas encore là, seul le couvre-feu sera maintenu. Le stress continue.