Reconfinement : rien ne sera décidé avant mercredi, assure l’Elysée

Alors que des informations de presse font état d’un reconfinement imminent, la présidence de la République assure que « rien n’a changé » dans le calendrier de l’exécutif.

 Un conseil de défense sera réuni mercredi autour d’Emmanuel Macron.
Un conseil de défense sera réuni mercredi autour d’Emmanuel Macron. REUTERS

« Il n'y a pas de plan caché, ni de scénario pré-écrit. » Olivier Véran nous l'assurait vendredi, à l'occasion de son interview par six lecteurs du Parisien : si un reconfinement n'est pas exclu, rien n'a encore été décidé, et une telle décision n'interviendra pas avant « la semaine prochaine », le temps d'être « fixé sur les effets du couvre-feu » et de s'assurer que les variants ne se diffusent pas à vitesse grand V en France. « Si on voit que le virus se remet à progresser fortement, on ferme. On le fera si on n'a pas le choix », martelait-il.

L'exécutif aura-t-il changé d'avis en deux jours ? Si le Journal du Dimanche, dont la une est barrée ce jour du titre « Reconfinement imminent », assure que l'annonce de revenir au dispositif en vigueur en printemps puis à l'automne est une « question de jours », l'Elysée nous indique pourtant qu'il n'en est rien. « Rien n'a changé » dans le scénario arrêté en fin de semaine, affirme au Parisien la présidence de la République.

Très concrètement, l'exécutif attend le conseil de défense de mercredi avant de prendre une nouvelle décision, sauf si les chiffres explosent d'ici là. « Mercredi, on aura des chiffres sur la situation sanitaire et le bilan sur le couvre-feu généralisé à 18 heures, cela nous permettra de savoir si pour l'instant cela suffit pour maintenir l'épidémie sous contrôle », explique-t-on du côté de l'Elysée. « Il y a quinze jours, toutes les chaînes info nous disaient déjà attention on reconfine, et c'était faux », souligne l'entourage du président.

« Tous les scénarios sont sur la table »

L'exécutif entend retarder au maximum, si la situation le permet, une entrée dans un troisième confinement. « Dans le meilleur des scénarios, on arrivera à faire baisser la pression épidémique. Si ce n'est pas le cas, on n'attendra pas le mois de mars pour agir », expliquait encore Olivier Véran à nos lecteurs.

Premier membre du gouvernement à s'exprimer publiquement ce dimanche, ce matin sur France Info, Laurent Pietraszewski n'a pas dit autre chose. « Il faut donner toute sa chance au couvre-feu », assure le secrétaire d'Etat chargé des retraites. Ce dispositif a « démontré, notamment en début d'année dans les départements de la façade est de notre pays, qu'il pouvait être un vrai frein à l'épidémie », insiste-t-il.

Sur France 3, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a confirmé qu'aucune décision n'avait été prise. « Les prochains jours seront décisifs, rappelle-t-il. Par principe, tous les scénarios sont sur la table. »