Quand Mélenchon adoubait Hidalgo

CHRONIQUE. Anne Hidalgo a le sourire lorsqu’elle se remémore les années 2000. A l’époque, elle travaillait au cabinet de Martine Aubry et garde un souvenir précis : Jean-Luc Mélenchon, alors ministre au gouvernement Jospin, la complimentait sur sa légitimité à parler des classes ouvrières…

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 David Doukhan, rédacteur en chef du service politique du Parisien - Aujourd’hui en France.
David Doukhan, rédacteur en chef du service politique du Parisien - Aujourd’hui en France.  LP/Olivier Arandel et Arnaud Journois

Anne Hidalgo se plonge dans ses souvenirs. Lionel Jospin est, à l'époque, Premier ministre et, elle, travaille au cabinet de Martine Aubry. Jean-Luc Mélenchon, jadis socialiste, est ministre de l'enseignement professionnel. « Toi tu es la seule au PS qui, quand elle évoque la classe ouvrière, sait de quoi elle parle ». Anne Hidalgo boit du petit-lait!

Sauf que vingt ans plus tard, Jean-Luc Mélenchon préférera mourir mille fois plutôt que de se ranger derrière une socialiste. Sollicité, il ne nous a pas répondu : a-t-il seulement envie de se souvenir de ce diplôme en classe ouvrière?… On ne trouve, logiquement, plus un seul responsable politique pour croire à une union de la gauche dès le premier tour. Les écologistes préparent leur primaire de leur côté et les communistes laissent la porte ouverte à une candidature autonome. C'est le drame de la gauche française, sa malédiction. Elle est empêchée par elle-même.

Pourtant, l'électorat de gauche existe ! Ces hommes et ces femmes n'ont pas disparu comme par enchantement en 2017 ! Ils sont là, inquiets de voir, une fois encore, les candidats potentiels se multiplier sur la ligne de départ. Comment passer de la dispersion au rassemblement se demande le « peuple de gauche ». L'anti-macronisme ne suffit pas à éviter l'éparpillement. Si la gauche doit se rassembler, cette fois-ci, ce ne sera pas « contre » mais « pour » quelque chose. Écologie, justice sociale, Europe, régulation de la mondialisation dans un monde post-Covid, question de la dette… Autant de thèmes sur lesquels il y a aujourd'hui 50 nuances de gauches. Celui ou celle qui voudra jouer le match en 2022 a pour défi de passer du camaïeu à la couleur unie.