Présidentielle 2022 : Marine Le Pen lance sa plate-forme participative

La présidente du Rassemblement national a présenté ce lundi M l’avenir, un site dont la forme en dit déjà long sur la stratégie qu’elle entend déployer pour 2022.

 Marine Le Pen : «Je dis à tous ceux qui souhaitent qu’Emmanuel Macron n’ait pas la moindre chance de gagner à nouveau la présidentielle de venir travailler avec moi.»
Marine Le Pen : «Je dis à tous ceux qui souhaitent qu’Emmanuel Macron n’ait pas la moindre chance de gagner à nouveau la présidentielle de venir travailler avec moi.» LP/Arnaud Journois

Ni logo du Rassemblement national ni le nom Le Pen. Même le prénom de la présidente du RN est simplement suggéré par sa première lettre. Lors de ses vœux à la presse ce lundi 25 janvier, Marine Le Pen a présenté un nouveau site Internet, M l'avenir, une plate-forme collaborative sur laquelle sympathisants et « citoyens » sont invités à poster des tribunes et des idées en vue de la présidentielle de 2022.

Une initiative de « démocratie participative », pas ancrée dans la culture très verticale du RN, qui n'est pas sans rappeler le site Désirs d'avenir de Ségolène Royal en février 2006 ou celui… d'En Marche ! (qui reprenait lui aussi les initiales de son champion).

Par son absence de référence partisane (seule une photo de Marine Le Pen permet de savoir qui est derrière), le site, mis en ligne ce lundi, en dit déjà long sur la stratégie de la candidate à la présidentielle qui devrait quitter la présidence du RN en milieu d'année afin d' adopter un positionnement « au-dessus des partis ». Le site est d'ailleurs chapeauté symboliquement par deux cadres provenant d'autres horizons : Franck Allisio, anciennement à l'UMP, et Jean-Philippe Tanguy, un proche de Nicolas Dupont-Aignan qui vient de faire défection. Ce lundi matin, M l'avenir recensait une dizaine de contributions sur l'écologie, l'Europe, la « cancel culture », la santé…

Elle promet de «nouveaux modes de communication»

Donnée en tête au premier tour dans un sondage publié dimanche, Marine Le Pen entend faire de cet outil un objet de crédibilisation, tout en misant sur un réflexe anti-Macron. « Je dis à tous ceux qui souhaitent qu'Emmanuel Macron n'ait pas la moindre chance de gagner à nouveau la présidentielle de venir travailler avec moi, qu'ils ont leur place à mes côtés, qu'ils doivent apporter leur énergie, leurs idées, que nous devons travailler ensemble », a-t-elle encore lancé ce lundi matin.

Malgré le Covid, Marine Le Pen promet ainsi de « faire vivre le débat politique », en plus de la publication régulière de livres blancs thématiques. « La vie politique est appelée à changer. Ça tombe bien, nous aussi! » a rigolé la présidente du RN, promettant de « nouveaux modes de communication et de nouveaux outils numériques » au cours de l'année.