Présidentielle 2022 : Jean-Marie Bigard annonce le retrait de sa candidature

Sur conseil de ses proches, l’humoriste a finalement choisi de ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2022, préférant « rester libre » et « solidaire ».

 « Je suis trop sensible pour faire ce job », a expliqué Jean-Marie Bigard.
« Je suis trop sensible pour faire ce job », a expliqué Jean-Marie Bigard.  LP/Arnaud Journois

Participera, participera pas? Cette fois, Jean-Marie Bigard l'assure : il ne se lancera pas dans la course à la présidentielle de 2022. L'humoriste, connu pour son goût des blagues potaches et, plus récemment, pour son engagement - contesté - auprès des Gilets jaunes, l'a annoncé à sa façon sur la chaîne Cnews ce lundi.

« Je me retire officiellement de ma candidature à la présidentielle. Pour plusieurs raisons. Sous la pression de mes amis c'est-à-dire Laurent Baffie, Laurent Ruquier, Patrick Sébastien et ma femme qui n'est pas ma meilleure amie mais qui est la femme de ma vie », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision.

« Je me retire pour leur faire une éjac' faciale comme dans les films pornos […] Je suis trop sensible pour faire ce job. Je ne peux pas aller jouer sur le terrain avec des crabes qui puent, je préfère hurler de la tribune, je veux rester libre, je veux rester solidaire, surtout je ne roule pour personne sauf pour le peuple français qui souffre », a-t-il poursuivi.

« Je n'y connais rien en politique »

Il y a quelques mois, l'humoriste avait déjà évoqué l'idée d'une candidature à l'élection présidentielle de 2022. Avant de renoncer… Puis d'à nouveau relancer l'idée. À l'époque, un sondage de l'Ifop indiquait que 13 % des Français étaient prêts à voter pour lui, dont 3 % « certainement ». Le taux montait à 21 % chez les électeurs de Marine Le Pen, 14 % chez ceux de Jean-Luc Mélenchon. Des chiffres à tempérer, puisque l'humoriste n'était pas « testé en concurrence avec le reste de l'offre politique », précisait alors le sondeur Jérôme Fourquet.

Jean-Marie Bigard était notamment populaire auprès des Gilets jaunes, qu'il a longtemps soutenu, avant un couac en pleine manifestation en septembre, quand le comédien a ouvertement affiché son soutien aux policiers pourtant conspués par les militants.

« J'y connais rien en politique. J'ai jamais voulu en faire. Je me ferais déchiqueter si je rentrais sur le terrain. Je préfère gueuler en tribune », avait déjà mis en garde Jean-Marie Bigard dans un entretien au magazine Society.