Mcfly et Carlito, ministres de la com’

CHRONIQUE. En faisant appel aux deux célèbres YouTubeurs, Emmanuel Macron réalise une bonne opération auprès des jeunes.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Rosalie Lucas, cheffe de service adjointe au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France
Rosalie Lucas, cheffe de service adjointe au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France LP

Il y avait deux objectifs en un. En lançant son défi aux deux YouTubeurs Mcfly et Carlito (si leur nom ne vous dit encore rien, demandez aux 12-25 ans autour de vous, succès garanti), Emmanuel Macron voulait qu'ils réalisent une vidéo vantant le respect des gestes barrière aux plus jeunes. Les deux humoristes du web ont relevé le gant. Mais à l'arrivée, même si le clip est sympa, le refrain facile à retenir, pas sûr que le ton décalé, parfois moqueur, favorise vraiment la pédagogie sanitaire. De ce côté, l'objectif n'est donc pas forcément atteint.

Mais là où le président est 100 % gagnant, c'est dans la stratégie de com'. En faisant appel à Mcfly et Carlito, le président touche un public peu consommateur de médias traditionnels ou de communication institutionnelle. Les plus de six millions d'abonnés du duo entendent parler d'Emmanuel Macron depuis deux jours, et ils en discutent avec leurs parents, leurs amis… Une bonne façon pour lui d'accroître son audience. Et cela risque de continuer, puisque le président a promis à Mcfly et Carlito le droit de tourner à l'Elysée si leur clip atteignait les 10 millions de vues, ce qui devrait arriver bientôt (près de 7 millions de vues ce lundi à 19 heures).

Alors que la jeunesse souffre socialement et économiquement de la crise du Covid, le gouvernement est accusé de ne pas en faire assez pour elle et la com' ne suffira évidemment pas. « Il faudra une mesure forte », reconnaît un député de la majorité tout en regrettant que ce qui a déjà été fait, notamment les deux repas par jour à un euro pour les étudiants, n'ait « pas imprimé », mettant à demi-mot en cause la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal. « Il faudra d'autres émetteurs », lâche-t-il. Alors, Mcfly et Carlito bientôt ministres?