AbonnésPolitique

Rassemblement place de la République : sous les pavés, la division

L’heure n’était pas à la concorde pour les élus qui ont participé (surtout ceux de gauche) ce dimanche à l’hommage place de la République à Samuel Paty.

 L’hommage auquel a assisté le Premier ministre Jean Castex a laissé place à un profond désaccord entre partis politiques sur la posture à adopter.
L’hommage auquel a assisté le Premier ministre Jean Castex a laissé place à un profond désaccord entre partis politiques sur la posture à adopter. LP/Aurélie Ladet

« Nous n'avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas », a déclaré dimanche Jean Castex… sur Twitter. Le Premier ministre était pourtant bel et bien présent place de la République en hommage à Samuel Paty mais à l'instar des autres ministres, comme Jean-Michel Blanquer ou Marlène Schiappa, il n'a pas pris la parole. Sur l'estrade, l'heure est à l'émotion, pas à la politique. Les élus, qui ont répondu présent à l'appel des organisations associatives et syndicales, se fondent dans la masse digne et silencieuse. Sous la statue de Marianne, l'ancien président (PS) de l'Ile-de-France Jean-Paul Huchon, est très ému. Maire de Conflans-Sainte-Honorine de 1994 à 2001, c'est lui qui a inauguré le collège du Bois d'Aulne où travaillait Samuel Paty, assassiné ce vendredi.

«Il y a eu trop d'attaques sans vraies ripostes»

Mais sous l'émotion pointe la colère : « On espère des mesures plus sévères et solides de contrôle des personnes qui entrent sur le territoire national. On a été trop politiquement correct pendant des années », s'énerve-t-il. « On » ? « Gauche, droite, tout le monde ! », répond-il. « Je ne sais pas combien de temps les gens vont supporter ça », souffle-t-il à l'oreille de Jérôme Guedj. L'ancien député frondeur du PS est venu pour s'assurer que la manifestation ne serait pas un échec. Mais las, il reconnaît : « Y'en a marre des rassemblements de ce type. »

Comme un écho aux interrogations de nombreux responsables de la droite qui ont séché l'hommage. « Il y a eu trop d'attaques sans vraies ripostes. Trop de marches suivies de trop de reculs. Trop d'hommages sans courage », estime ainsi sur Twitter le sénateur LR Bruno Retailleau.

« Marre de la politique de la bougie », avance-t-on aussi au RN qui a boudé l'événement. « La gauche a davantage une tradition de rassemblement populaire », explique la sénatrice PS Laurence Rossignol. Mais l'heure est-elle vraiment au rassemblement politique ? « Il y a une droite hypocrite, qui tient de grands discours devant les micros et qui montre une grande complaisance à l'égard des Frères musulmans dans les collectivités, attaque-t-elle. Et il y a aussi une gauche naïve et complaisante à l'égard de l'islamisme. »

Dans son viseur et celui de plusieurs socialistes présents, la France Insoumise (LFI) qui « s'est fourvoyée », selon le socialiste Jérôme Guedj, dans une manifestation controversée contre l'islamophobie en novembre 2019. « C'est dramatique d'entendre que ces gens-là essaient de diviser à peine 24 heures après l'attentat! », s'emporte le député LFI Eric Coquerel, ciblant notamment l'ancien Premier ministre Manuel Valls. « Nous, on essaie juste d'éviter les amalgames pour éviter de donner des prises aux intégristes », se défend Coquerel. Pour l'élu de Seine-Saint-Denis, « les fanatiques ultra-minoritaires », s'ils sont certes « dangereux », « sont moins importants qu'on ne peut le dire ». Et de pointer, comme Jean-Luc Mélenchon, « un problème spécifique chez les Tchétchènes ».

VIDÉO. Hommage à Samuel Paty : « On est là pour montrer qu'on n'a pas peur »

A quelques mètres de là sur la place de la République, Manuel Valls persiste et signe : « Une partie de la gauche politique, intellectuelle et syndicale a nourri l'islamo-gauchisme et la lâcheté ». « Il était important qu'il y ait une manifestation et de l'unité, nuance l'ancien Premier ministre. Mais maintenant, l'important est d'agir. Il faut mobiliser tous les moyens de l'Etat pour éradiquer les islamistes. Il fait aussi une mobilisation de la société toute entière. Chacun est acteur de cette lutte. »