Emmanuel Macron se fait le champion de la 5G face au «modèle Amish»

Le chef de l’Etat a plaidé pour le déploiement de cette nouvelle technologie mobile contre ceux qui voudraient « revenir à la lampe à huile ».

Emmanuel Macron n'a pas l'intention de lever le pied sur la 5G, objet de nombreuses critiques à gauche et chez les écologistes. Au lendemain de la demande de moratoire formulée par 70 élus dont Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, le président de la République a assuré lundi que la France allait « prendre le tournant de la 5G » en ne se privant pas d'ironiser sur ceux qui préféreraient selon lui « le modèle Amish » et le « retour à la lampe à huile ».

« La France est le pays des Lumières, c'est le pays de l'innovation […] On va tordre le cou à toutes les fausses idées. Oui, la France va prendre le tournant de la 5G parce que c'est le tournant de l'innovation », a insisté le chef de l'Etat devant une centaine d'entrepreneurs et entrepreneuses de la « French Tech » réunis dans la salle des fêtes de l'Elysée.

« J'entends beaucoup de voix qui s'élèvent pour nous expliquer qu'il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l'écologie contemporaine », s'est moqué le chef de l'Etat, en référence à cette communauté religieuse américaine hostile à la technologie et qui vit comme au XVIIIe siècle.

Un argumentaire rejoignant celui avancé plus tôt dans la journée sur France 2 par Bruno Le Maire. « Ce serait un retour en arrière pour la France et moi je préfère la France en avant, conquérante, qui réussit économiquement, que la France fossilisée qui ne bouge pas […], cette France qui vous dit qu'il ne faut plus de sapin de Noël parce que ça fait un sapin mort dans la mairie », a lancé Bruno Le Maire, dans une allusion à la volonté du maire écologiste de Bordeaux de supprimer le sapin de Noë l installé traditionnellement dans le centre-ville.

En costume mais sans cravate, Emmanuel Macron s'est dit ravi de retrouver le milieu des start-up, au cours du premier événement de grande ampleur organisé à l'Elysée depuis le confinement. « On est en train de démontrer qu'on peut continuer à faire des événements en période Covid », a-t-il dit, même s'il faudra « vivre avec le virus, sans doute pour des semaines, peut-être des années ».

Il a aussi rappelé que le plan de relance flécherait 7 milliards vers le secteur du numérique, notamment pour la transformation numérique de l'Etat. Le chef de l'Etat a enfin défendu une Europe numérique souveraine. « Sur la 5G et beaucoup d'autres sujets, on ne doit dépendre d'aucune puissance non européenne », a-t-il martelé, en appelant notamment à « rouvrir la bataille sur le "cloud" ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

VIDÉO. Macron défend la 5G contre « le modèle amish »

Au cours de la soirée, trois entreprises qui ont affiché des performances particulièrement remarquables cette année devaient présenter leur activité : l'éditeur de jeux vidéo mobiles Voodoo, devenu une « licorne » en faisant entrer à son capital le chinois Tencent, la start-up Mirakl (création de places de marché) et Innovafeed (protéines d'insectes).