LREM : Pierre Person, numéro 2 du parti présidentiel, démissionne

Pierre Person dit vouloir créer « un électrochoc ». Il reproche à LREM de ne plus « produire d’idées nouvelles » et dénonce une organisation « repliée sur elle-même ».

 L’Elysée, novembre 2017. Pierre Person (à droite) avec Emmanuel Macron et Christophe Castaner.
L’Elysée, novembre 2017. Pierre Person (à droite) avec Emmanuel Macron et Christophe Castaner.  AFP/Ludovic Marin

Au lendemain de législatives partielles catastrophique s pour le parti présidentiel, LREM subit un nouveau coup dur. Pierre Person, numéro 2, a annoncé ce lundi sa démission de ses fonctions.

« Aujourd'hui, pour donner un nouveau souffle au parti, je fais le choix de démissionner de mes fonctions à la direction de LRM, en quittant mon poste de délégué général adjoint et en ne siégeant plus au bureau exécutif. Je redeviens un militant parmi les militants et reste évidemment membre du groupe parlementaire », a-t-il annoncé dans un entretien au Monde.

Comme nous l'annoncions dans nos colonnes, le bureau exéctutif de LREM ce lundi soir doit acter la promotion de la députée et ex-juppéiste Marie Guévenoux en numéro deux du mouvement. Mais Pierre Person, issu lui des rangs socialistes, choisit d'anticiper et de claquer la porte avec fracas.

Le député de Paris dit vouloir « créer un électrochoc », car selon lui « des changements cosmétiques et d'habillage » ne suffiront pas à faire évoluer LREM. Quatre ans après la création du mouvement, Pierre Person juge qu'il « ne produit plus d'idées nouvelles. Le travail dans ce domaine est insuffisant », estime-t-il, en évoquant une organisation « repliée sur elle-même » et en mettant en garde sur le risque de « disparaître » s'il devient « comme les anciennes formations politiques ».

Dimanche, les candidats LREM ont tous été éliminés des premiers tours de six législatives partielles qui se tenaient.

Il invite donc « tous ceux qui veulent bâtir les succès de demain à quitter eux aussi leurs fonctions à la tête du parti pour écrire une nouvelle page ».

« Le parti n'a pas pris la mesure de la situation »

« S'il veut s'inscrire dans le temps long, exister dans la maison commune en cours de création avec nos alliés, il doit mieux définir ce qu'il représente. Il doit avoir sa propre raison d'être, sans porter uniquement en copier-coller le message du gouvernement », insiste M. Person.

Interrogé pour savoir s'il remettait en cause la gestion du délégué général Stanislas Guerini, il relève qu' « une simple réorganisation de la direction est prévue, lundi soir, lors d'une réunion du bureau exécutif. Cela montre bien que le parti n'a pas pris la mesure de la situation ».

Stanislas Guerini doit-il quitter son poste ? « Il a de grandes qualités humaines, managériales et n'a pas ménagé ses efforts. Le sujet n'est pas personnel mais politique. Au moment où le président de la République a demandé à chacun de se réinventer, je ne crois pas que LRM puisse s'en affranchir », répond Pierre Person, qui soutiendra Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2022.