Le résistant Daniel Cordier a fêté ses 100 ans

Le Premier ministre a rendu hommage à l’ancien secrétaire particulier de Jean Moulin.

 Daniel Cordier en 2018 au Mont Valérien, lors de la commémoration de l’appel du 18 juin.
Daniel Cordier en 2018 au Mont Valérien, lors de la commémoration de l’appel du 18 juin. AFP/Charles Platiau

Il est l'un des quatre derniers compagnons de la Libération encore vivants aujourd'hui. Le résistant Daniel Cordier a fêté ce lundi son centième anniversaire. Trois jours après l'appel de De Gaulle, il avait rejoint la France libre à Londres le 21 juin 1940, à l'âge de 19 ans.

Deux ans plus tard, il était devenu le secrétaire de Jean Moulin, assassiné par la Gestapo de Klaus Barbie en 1943. Royaliste proche de l'Action française dans sa jeunesse, il avait à son contact évolué vers des convictions de gauche.

Le président du Conseil national de la résistance l'avait aussi éveillé à l'art moderne, auquel il s'est consacré après guerre avec succès en tant que galeriste.

« Une singulière histoire qui devint l'Histoire »

Le Premier ministre Jean Castex lui a rendu hommage lundi sur Twitter, saluant le « compagnon de la libération » et « cette singulière histoire qui devint l'Histoire ».

« Daniel Cordier a cent ans », a écrit le Premier ministre, rappelant qu'il en avait « à peine vingt lorsqu'aux côtés de Jean Moulin il prit tous les risques pour que nous vivions libres ».

« En ce jour, honorons le résistant, le compagnon de la Libération, mais aussi cette singulière histoire qui devint l'Histoire », a ajouté le chef du gouvernement.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Son centième anniversaire est également célébré par des responsables politiques comme François Bayrou, maire de Pau, ou Renaud Muselier, président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ce dernier a salué « l'immense Daniel Cordier », domicilié à Cannes.