Le grand regret d’Emmanuel Macron

CHRONIQUE. Emmanuel Macron avait annoncé pendant la campagne qu’il appliquerait un «spoil system» en cas de victoire. C’est-à-dire le remplacement des directions d’administration pour s’assurer de leur loyauté. Il ne l’a pas fait, ou très partiellement. A la lumière des lenteurs dans la gestion de la crise sanitaire, il le regrette.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 David Doukhan, rédacteur en chef du service politique du Parisien-Aujourd’hui en France.
David Doukhan, rédacteur en chef du service politique du Parisien-Aujourd’hui en France. LP/Olivier Arandel et Arnaud Journois

Le président s'en veut. Il se mord les doigts de ne pas avoir pratiqué un vrai « spoil system » à l'américaine lorsqu'il est arrivé aux commandes en 2017. Le « spoil system », c'est le remplacement de toutes les directions d'administration, ou presque, pour bien s'assurer de leur loyauté vis-à-vis du nouveau pouvoir. Macron l'avait annoncé pendant la campagne, mais une fois à l'Elysée, il ne l'a pas fait, ou très partiellement. Aujourd'hui, il le regrette amèrement et le confie parfois, en privé.

Par exemple, lors de ce déjeuner au mois de juillet avec tous les présidents de groupe parlementaires de l'Assemblée nationale. A l'époque, le chef de l'Etat s'exaspère, entre autres, du bazar des tests. Il reconnaît, devant des patrons de groupe d'opposition interloqués, qu'il aurait mieux fait de ne pas épargner à l'administration cet électrochoc de début de mandat, le « spoil system ».

Sans doute cela aurait-il permis de secouer le cocotier et d'atténuer les réflexes procéduraux qui sont apparus de manière si criarde tout au long de la crise sanitaire. Emmanuel Macron a-t-il été freiné par le fait qu'il est lui-même issu de la haute administration (inspection des finances) ou bien, peut-être aussi parce que son Premier ministre de l'époque, Edouard Philippe, vient du Conseil d'Etat ? Quoi qu'il en soit, il est rare (mais cela arrive) qu'un responsable politique admette un regret.

Si Emmanuel Macron y consent c'est parce qu'il sait que l'impression d'inefficacité offre, sur un plateau, du carburant à Marine Le Pen. Il est persuadé que si les Français devaient nourrir le sentiment qu'il n'a pas su efficacement (adverbe-clé) les protéger, alors elle pourra l'emporter en 2022. On comprend, dans ces conditions, qu'il puisse s'en vouloir.