La dette, superstar de 2022

Tous les partis l’anticipent, la dette sera l’un des sujets de la campagne présidentielle. C’est un marqueur politique. Dis-moi ce que tu fais avec la dette, je te dirai qui tu es.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 David Doukhan, rédacteur en chef du service politique du Parisien-Aujourd’hui en France.
David Doukhan, rédacteur en chef du service politique du Parisien-Aujourd’hui en France. LP/Olivier Arandel et Arnaud Journois

Jetons un œil vers « Idées en commun », cette structure installée par Anne Hidalgo pour produire des propositions politiques. Ces temps-ci, les proches de la maire de Paris et ses experts gambergent sur le sujet de la dette. Pas question pour la gauche « de gouvernement » de parler d'annulation comme Jean-Luc Mélenchon. Non, ces socialistes qui rêvent d'une Anne Hidalgo candidate veulent rembourser.

Mais sur qui pèsera le fardeau? Les ménages ou les acteurs économiques? « Idées en commun » répond, acteurs économiques mais de manière ciblée. Avec une taxe sur les gagnants de la crise pandémique! Une fiscalité réservée, par exemple, aux marchands en ligne comme Amazon, aux grandes surfaces alimentaires ou même… aux pharmaciens (!) qui auraient engrangé de fortes entrées d'argent depuis quelques mois…

Tout cela n'est qu'une réflexion en cours pour l'instant mais on voit bien que le rapport à la dette reste (et sera en 2022) un marqueur de l'identité politique des candidats. Les macronistes se tournent, en libéraux, vers la croissance économique, qui, associée à quelques réformes structurelles comme les retraites, permettrait de rembourser. La droite se divise entre les orthodoxes adeptes de la réduction des dépenses publiques, et ceux, comme Guillaume Peltier, qui envisagent d'isoler la dette Covid.

À l'extrême gauche, on ne s'embarrasse pas et on appelle à l'annulation pure et simple. Marine Le Pen, toujours en recherche de crédibilité sur les dossiers économiques, affirme, à l'inverse, qu'il faudra rembourser, mais sur une très longue période… Et donc on retrouve les socialistes qui réfléchissent à une taxe sur les entreprises pour préserver les ménages. Dis-moi ce que tu veux faire de la dette et je te dirai qui tu es.