La colère de François Hollande et Manuel Valls

CHRONIQUE. Plus de cinq ans après avoir été débarqué du gouvernement Valls, Arnaud Montebourg, qui veut se lancer en 2022, arrive encore à agacer l’ancien Premier ministre et François Hollande.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Rosalie Lucas, cheffe de service adjointe au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France.
Rosalie Lucas, cheffe de service adjointe au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France. LP

La petite phrase est passée plutôt inaperçue. Mais pas du côté de la rue de Rivoli. Dans ses bureaux feutrés d'ancien président, François Hollande ne s'emporte pas mais l'agacement est là, la colère est froide. Manuel Valls n'a pas non plus goûté des propos qu'il qualifie d'« innommables » en privé. L'homme à l'origine de leur courroux? Arnaud Montebourg, une fois de plus. Dans un entretien à QG, la web TV d'Aude Lancelin, il y a quelques jours, l'ancien ministre du Redressement productif est revenu sur les attentats de Charlie et du Bataclan qu'il lie dans son livre « L'engagement » à la volonté de François Hollande d'agir en cavalier seul en Syrie.

« A partir du moment où vous décidez d'être justicier international, vous en payez le prix », a-t-il asséné. L'ancien ministre a ensuite tenté de s'expliquer dans un communiqué, rappelant notamment « son engagement républicain sans faille contre l'islamisme politique ». Mais ça ne suffit pas pour Hollande et Valls qui répondent que les attentats contre Charlie et le Bataclan « n'étaient pas liés » à la situation en Syrie où la France a fini par intervenir, contre Daech, dans une coalition internationale. Ces trois-là sont irréconciliables.

Tant pis, Montebourg ne cherche pas leur soutien. Il croit avoir un espace pour 2022. Parler à la web TV QG qui se veut notamment proche des Gilets jaunes, c'est jouer l'antisystème et marcher sur les plates-bandes de Jean-Luc Mélenchon. Mais l'homme du made in France veut aussi viser plus large, gare donc aux excès. Surtout que ses troupes sont encore très maigres. Et s'il veut pouvoir aussi s'appuyer sur des élus de poids, il lui faudra apprendre à jouer collectif.