IVG : Damien Abad «s’interroge toujours quand on essaye de détricoter la loi Veil»

Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale réagit à l’allongement de 12 à 14 semaines du délai légal de recours à l’avortement, voté en commission mercredi.

 « La droite est tout à fait favorable à l’IVG en tant que telle », assure Damien Abad.
« La droite est tout à fait favorable à l’IVG en tant que telle », assure Damien Abad. LP/Olivier Corsan

Les députés ont donné un premier feu vert, mercredi en commission, à une proposition de loi visant à allonger le délai légal de 12 à 14 semaines de grossesse pour recourir à l'avortement. Pour Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée nationale, « l'équilibre de la loi Veil doit être préservé ».

Les députés ont voté en commission l'allongement du délai légal de recours à l'avortement de 12 à 14 semaines. Qu'en pensez-vous ?

DAMIEN ABAD. En tant que grand défenseur de la loi Veil, je m'interroge toujours quand on essaye de détricoter cette loi au détour d'une proposition de loi (PPL) alors qu'elle repose sur un équilibre global. L'accès à l'IVG est fondamental, l'équilibre de la loi Veil doit être préservé et cela mérite certainement un débat plus approfondi qu'un détricotage au détour d'une PPL pour faire un peu de com'. Il faut savoir que le délai en France est conforme à la moyenne européenne. De ce point de vue là, nous ne sommes pas en retard. Par ailleurs, l'allongement des délais concerne environ 5% des IVG. Ce n'est donc pas un sujet fondamental.

Donc le groupe LR votera contre ?

C'est un sujet de société donc il y aura une liberté de vote dans le groupe. Moi-même, je suis ouvert sur ces sujets-là et je n'ai pas arrêté mon choix. Mais je vois bien vers quoi on veut nous entraîner : je rappelle que Simone Veil était une femme issue de la droite et que la droite est tout à fait favorable à l'IVG en tant que telle. Le débat sur l'allongement du délai de deux semaines mérite un certain nombre d'études, une analyse approfondie. Je regrette que nous n'ayons pas eu ce débat dans le cadre du projet de loi bioéthique.

Vous accusez les promoteurs de la PPL de vouloir « détricoter » la loi Veil alors qu'eux, au contraire, disent « améliorer et approfondir l'esprit » de cette loi…

On peut considérer que la loi Veil repose justement sur un équilibre et que ce délai de 12 semaines est lié à des questions de bioéthique par rapport à la formation du fœtus. Quand on modifie cet équilibre, on ne fait pas que l'approfondir, on peut aussi la dénaturer !

Les députés ont aussi supprimé la clause de conscience spécifique à l'IVG. Est-ce une bonne chose ?

La clause de conscience spécifique existe parce que l'IVG est un acte spécifique, et qui existe aussi d'ailleurs pour la stérilisation et la recherche sur l'embryon humain. C'est un peu paradoxal de demander sa suppression alors que ça ne changera rien puisque les médecins et les sages-femmes auront toujours la liberté de refuser de pratiquer l'IVG. Pourquoi la supprimer si ça ne change rien ?