«Faux problème» ou «coup de force des écolos» ? A Lyon, le menu sans viande divise les parents

Certains élèves boudaient déjà la viande à la cantine. D’autres parents d’élèves n’apprécient pas ce menu imposé par la mairie et saisissent la justice.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Un menu végétarien dans une cantine scolaire. (Illustration)
Un menu végétarien dans une cantine scolaire. (Illustration)  LP/Jean-Baptiste Quentin

Salade de haricots verts bio, merlu sauce ciboulette, chou vert et pommes de terre, crème anglaise et compote… Ce lundi, jour de rentrée scolaire à Lyon, les 29 000 petits Lyonnais qui fréquentent les cantines scolaires, ont eu la surprise de se voir servir un menu unique. Une demi-surprise en réalité, tant, le choix de la mairie de servir, pour des raisons sanitaires, un menu unique sans viande déchaîne une polémique politique depuis son annonce il y a quatre jours.

Mais qu'en pensent les premiers concernés ? A l'école Victor-Hugo, dans le Ier arrondissement, cette nouvelle organisation ne semble pas émouvoir les familles. Nina, en CM1, confie « toujours choisir le menu sans viande ». Un choix personnel de la fillette. « Nous mangeons de la viande à la maison, mais Nina en consomme très peu. Elle préfère systématiquement le menu avec œuf et poisson, explique Elise, sa mère. Nina aurait d'ailleurs été bien embêtée si on avait laissé le seul menu avec viande à la cantine. Elle l'aurait laissée de côté. »

Elise a du mal à comprendre la polémique qui prospère jusqu'au sommet de l'Etat sur les menus des cantines lyonnaises : « Franchement, je trouve cette affaire regrettable. C'est effectivement le choix le plus judicieux qui a été fait. » Cette mère de famille conçoit d'autant moins la polémique qu'en mai et juin, les enfants avaient été soumis au même régime pour les mêmes raisons sanitaires. « Mais à l'époque, ils l'avaient simplement appelé menu allégé ».

A l'école Robert-Doisneau, également dans le Ier arrondissement, même position d'Amandine, mère de deux enfants en maternelle et en primaire. « C'est vraiment un faux problème, il ne faut pas politiser cette affaire. La seule question, c'est la qualité de la viande, et jusqu'à présent, la viande n'est pas bonne, les enfants ne la mangent pas », regrette Amandine.

«Une position idéologique»

Les avis sont pourtant assez partagés. Marion, maman d'un petit garçon en CP, est plutôt remontée. « Ce qui me gêne dans cette affaire, c'est que ce menu sans viande nous est imposé. Il est faux de prétendre qu'il est plus long de préparer et de réchauffer un menu avec de la viande, qu'avec des œufs ou du poisson, c'est pour moi clairement une position idéologique », assène la mère de famille, qui préconise « un menu unique, certes, mais avec de la viande un jour sur deux ».

Même opinion pour Alice, dont les deux enfants sont inscrits à l'école Lamartine, dans le 2ème. « Nous n'avons pas été consultés », regrette la jeune femme en dénonçant « un coup de force des écologistes ». « L'idéologie ne doit pas entrer dans les écoles », estime-t-elle.

«Faux problème» ou «coup de force des écolos»  ? A Lyon, le menu sans viande divise les parents

A Lyon, au premier jour de l'instauration du menu sans viande, des parents d'élèves, opposés à cette mesure, se sont déjà regroupés pour préparer un référé-suspension qu'ils s'apprêtent à déposer devant le tribunal administratif.

Newsletter Politique
Nos analyses et indiscrétions sur le pouvoir
Toutes les newsletters

Pendant que les enfants mangent leur merlu à la ciboulette, une longue file de tracteurs et de camions s'est installée pour bloquer la circulation sur le quai du Général-Sarrail. « On va priver les enfants de viande produite localement et faire venir des protéines végétales d'Amérique du Sud ? » s'indigne Pascal Girin, président de la FDSEA du Rhône. Reçus à la mairie, les éleveurs, inquiets pour leurs débouchés, ont été assurés que la mesure n'était que temporaire.