Europe Ecologie-les Verts : Eric Piolle, «une marche après l’autre» vers la présidentielle

A l’inverse du très médiatique Yannick Jadot, le maire EELV de Grenoble prépare en toute discrétion sa possible entrée en campagne pour 2022. Il a déjà constitué sa garde rapprochée et il construit ses réseaux.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Eric Piolle, le maire de Grenoble, a lancé, fin janvier, «Une certaine idée de demain», une plateforme rassemblant déjà 800 personnes.
Eric Piolle, le maire de Grenoble, a lancé, fin janvier, «Une certaine idée de demain», une plateforme rassemblant déjà 800 personnes. AFP/Joël Saget

C'est à « bas bruit » qu'il a lancé, fin janvier, « Une certaine idée de demain », une plateforme rassemblant déjà 800 personnes et qui devrait dépasser, selon ses initiateurs, le millier de contributeurs d'ici au 21 février. Contrairement à Anne Hidalgo, la maire PS de Paris ou Yannick Jadot, l'eurodéputé écologiste, Eric Piolle, le maire vert de Grenoble, se fait plutôt discret pour préparer une éventuelle candidature à la présidentielle de 2022. Car, depuis les municipales de juin, depuis la conquête par EELV de grandes villes comme Lyon, Bordeaux ou Strasbourg, l'ex-cadre dirigeant dans l'industrie planifie, « une marche après l'autre » comme il aime à résumer son parcours, sa route vers l'Elysée. Un chemin en trois étapes.

La première, c'est la constitution, en octobre dernier, d'un « premier cercle », fort d'une quinzaine de personnalités. Selon nos informations, cette équipe rapprochée comprend notamment Marine Tondelier, élue EELV à Hénin-Beaumont (62), opposante à Steeve Briois, figure emblématique du RN, Augustin Augier, fils du maire de Deauville et proche de François Bayrou lors des trois dernières présidentielles, et Mathieu Bosque, ex-directeur de campagne du député LFI François Ruffin. Un « arc-en-ciel » politique, cher à Eric Piolle, chantre du rassemblement des gauches, celles qui « mettent l'écologie au cœur de leur projet ».

Deuxième étage de la fusée, les régionales et après… « Eric a pris son bâton de pèlerin pour apporter son soutien aux candidats écolos », explique un proche. Pas une semaine sans un déplacement, de préférence thématique, comme la privatisation du littoral breton, le statut de la forêt ou encore des live sur Internet comme celui diffusé lundi soir sur « les contours d'une vraie loi climat », avec Gaël Giraud, prêtre jésuite et économiste, qui a réuni près de 30000 internautes.

Combattre son image de radical écolo

Quelle différence avec Yannick Jadot, lancé lui aussi dans une « tournée des popotes »? « Pour Eric Piolle, cette plate-forme et ce tour de France sont des moyens de mailler le territoire et de désigner des référents dont les remontées du terrain lui permettent de basculer d'un simple contre-pouvoir à une force de propositions », tient-on à préciser dans son entourage. Directeurs d'hôpitaux, avocats, procureurs, préfets à la retraite, responsables associatifs ou d'organisations syndicales ou de paysans, directeurs de théâtre… Plusieurs dizaines d'acteurs de terrain étoffent peu à peu les réseaux du possible candidat à la présidentielle.

Reste le projet, une ligne politique qu'Eric Piolle sait encore floue et incertaine pour de nombreux Français pour qui le maire de Grenoble apparaît plutôt comme un radical écolo que comme un réaliste, un défenseur des communautés plutôt qu'un laïc ou qu'un tenant de la sécurité publique. Une image que le maire de Grenoble juge parfois trop éloignée de ses convictions. « Après les régionales, Eric Piolle s'attellera à mieux faire connaître sa philosophie politique », confie un de ses conseillers. Son livre, « Grandir ensemble » (Les liens qui libèrent), publié à la fin 2019, reste un écrit fondateur.

«Je respecterai les règles émises par EELV»

Selon nos informations, il va être complété par des soirées sur le Net autour de sujets dépassant les régionales et l'écologie stricto sensu dont la première aura lieu le 24 février et portera sur la santé mentale. La ligne directrice de Piolle, explique un proche, c'est « se différencier aussi bien du macronisme que de tous les populismes en se fondant sur la culture judéo-chrétienne qui met en avant les responsabilités de chacun vis-à-vis des autres ».

Dans cet agenda, Eric Piolle a-t-il inscrit le jour J de sa candidature pour 2022 ? « Je respecterai les règles émises par EELV, notamment en matière de primaires », nous glisse-t-il. En attendant, le maire de Grenoble a une certitude : le prochain président de la République sera écologiste…