Emmanuel Macron reçoit Edouard Philippe à l’Elysée

Le chef de l’Etat et son ancien Premier ministre dînent ensemble, ce lundi. Des retrouvailles qui font jaser.

 Trois mois après le changement de gouvernement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe (ici en mai 2019) dînent ensemble ce lundi à l’Elysée.
Trois mois après le changement de gouvernement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe (ici en mai 2019) dînent ensemble ce lundi à l’Elysée.  LP/Arnaud Journois

L'Elysée est formel. Le dîner de ce lundi 5 octobre entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe n'est en aucun cas une « réaction » à la vague d'articles sur l'ancien Premier ministre et aux spéculations des commentateurs sur son ambition supposée pour 2022. « Le contact n'a jamais été rompu, assure un conseiller du palais. Cette rencontre aurait pu avoir lieu plus tôt si l'agenda n'avait pas été aussi compliqué. Entre eux, il y a estime et confiance. » Le tandem qui a dirigé l'Etat jusqu'à l'été s'échange toujours des SMS. Ce sera, en tout cas, leur premier tête-à-tête officiel depuis le 3 juillet.

« Ce type de rencontres est assez banal, tous les présidents dînent avec leurs anciens Premiers ministres », minimise un ministre de poids. Avant d'ajouter : « Sur le plan politique, il est par ailleurs important de faire fructifier l'aile droite de la majorité. » En clair, le populaire maire du Havre pourrait aider à attirer des Républicains en mal de leader en vue de la présidentielle 2022, espèrent les stratèges macronistes.

Une série de «coucous» et autres «cartes postales»

L'intéressé, lui, cultive le flou sur son rôle dans la campagne qui se profile. En retrait, il n'est pourtant pas totalement muet. Une présence qui fait jaser. Depuis son départ de Matignon, il multiplie les « coucous » et autres « cartes postales » pour ne pas dilapider son capital sympathie : soutien à des candidats aux sénatoriales, prise de parole devant un club de maires de centre-droit à Angers, échange médiatisé avec Anne Hidalgo sur l'avenir de la Seine.

Son agenda est truffé de rendez-vous, peu liés à la gestion du Havre. Après avoir échangé récemment avec le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, il dînera avec son successeur Jean Castex, mardi à Matignon. « Il n'en dit pas de mal, assure l'un de ses proches. Il ne veut pas entrer dans le petit jeu qui consiste à dire : est-ce que j'aurais fait différemment ? » Ce sera un retour au bercail très observé.