Covid-19 : Valérie Pécresse craint de «nouvelles mesures privatives de liberté» en Ile-de-France

La présidente de la région Ile-de-France s’inquiète notamment de voir la grande couronne passer en zone rouge écarlate comme Paris et sa proche périphérie.

 Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Île-de-France, invité de l’émission BFM Politique en partenariat avec Le Parisien
Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Île-de-France, invité de l’émission BFM Politique en partenariat avec Le Parisien LP/Fred Dugit

Dans la lutte contre le Covid-19, la distinction entre petite et grande couronne parisienne relèvera-t-elle bientôt du passé ? Les doutes se font de plus en pressants. La présidente de la région, Valérie Pécresse, a qualifié ce dimanche d'« alarmante » la situation sanitaire en Ile-de-France.

Invitée de BFM Politique, en partenariat avec Le Parisien-Aujourd'hui en France, l'ancienne ministre a émis ses inquiétudes sur le passage de toute la région en zone d'alerte maximale. Et sur toutes les restrictions que cela implique.

« Dans les jours, les semaines qui viennent »

Actuellement, l'Ile-de-France est coupée en deux, avec d'un côté Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, et de l'autre, les Yvelines, l'Essonne, le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne.

Covid-19 : Valérie Pécresse craint de «nouvelles mesures privatives de liberté» en Ile-de-France

Ce choix, Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de Santé, l'a défendu cette semaine auprès du Parisien. Ce dernier parlant d' une réponse « proportionnée », alors que d'autres pointaient du doigt les nombreux déplacements de population entre ces territoires.

VIDEO. Fermeture des bars : « C'est la galère… on ne sait pas ce qu'on va devenir »

Ce dimanche, Valérie Pécresse s'est justement appuyée sur Aurélien Rousseau au moment d'évoquer ses craintes. « J'ai entendu le directeur de l'Agence Régionale de Santé nous dire que la marée allait être forte en Île-de-France », a ajouté la présidente du mouvement Libres ! Dans ce contexte, « je crains que nous devions faire face dans les jours, dans les semaines qui viennent à des nouvelles mesures privatives de liberté », a-t-elle ajouté.

« Je vois monter la pauvreté »

Pour limiter la propagation du virus, Valérie Pécresse a appelé à « vraiment faire preuve d'autodiscipline ». « Mais j'appelle aussi massivement les entreprises et les administrations au télétravail », a-t-elle ajouté.

Il faut, selon elle, « poursuivre au maximum l'activité […] parce que derrière il y a l'emploi, la situation sociale des familles, et des personnes qui ne pourront plus payer leur loyer » ou « acheter à manger ».

« Je vois monter la pauvreté » en Ile-de-France, a-t-elle souligné en indiquant que la région allait « ranimer cet hiver » le programme de distribution alimentaire dans les villes qu'elle avait mis en place cet été.