Coronavirus : Macron veut éviter d’isoler les aînés et promet une loi sur le Grand âge

Le président de la République s’est rendu ce mardi après-midi dans un Ehpad du Loir-et-Cher.

 Lors de sa visite dans un Ehpad, mardi après-midi, Emmanuel Macron a annoncé un projet de loi sur le grand âge dans les mois qui viennent.
Lors de sa visite dans un Ehpad, mardi après-midi, Emmanuel Macron a annoncé un projet de loi sur le grand âge dans les mois qui viennent. AFP/Yoan VALAT/POOL

C'est un déplacement symbolique pour le président de la République, alors que l'épidémie de coronavirus reprend de la vigueur dans le pays et que les plus âgés, les plus menacés par le virus, ne sont en rien protégés par le rebond épidémique.

Emmanuel Macron est arrivé en début d'après-midi dans un Ehpad du Loir-et-Cher. L'occasion pour lui de rappeler la doctrine établie depuis la fin du confinement par le gouvernement. « Nous ne souhaitons pas isoler à nouveau nos aînés », a-t-il assuré au cours d'une conférence de presse. « Nous allons accompagner les responsables d'établissement pour que des règles soient édictées qui permettent des règles proportionnées », a annoncé le président. « Nous ne vaincrons pas le virus en isolant nos concitoyens ».

Le chef de l'Etat a tenu à remercier les personnels soignants engagés aux côtés des personnes âgées au sein de ces établissements médico-sociaux. « Dans la situation dans laquelle nous sommes, il faut trouver la meilleure organisation. Plus proportionnelle et juste. C'est-à-dire tester les soignants et ceux en contact avec les personnes âgées. Il faut avoir des règles drastiques, il faut un travail de pédagogie avec les familles. » Sans annoncer de mesures d'ampleur quant à la gestion de la crise sanitaire, Emmanuel Macron a appelé les Français à « protéger au maximum nos aînés ».

Une loi dans les prochains mois

Sur le front de la politique, le président de la République a profité de ce déplacement pour annoncer une loi à venir sur le Grand âge. Celle-ci sera présentée dans les prochains mois, a-t-il précisé. À ce stade, le chef de l'Etat n'a donc pas dévoilé de mesures concrètes mais il a cherché à en définir l'état d'esprit.

Il s'agit, dit-il, « d'investir dans le Grand âge ». Ce qui passe selon lui par la nécessité de « revaloriser des métiers, trouver des meilleures organisations, donner plus de liberté aux acteurs de terrain », en leur permettant de « décloisonner les choses » et de « mieux travailler entre les établissements ».

Emmanuel Macron dit vouloir travailler sur « la réponse au domicile » avec la présence d'auxiliaires, d'assistants ou d'assistantes sociales ainsi que les aides soignants. « Et puis c'est un travail de réorganisation et d'investissement, qui passe par de l'innovation et d'organisation, notamment en termes de domotique », poursuit-il. L'enjeu, pour lui, « est de savoir comment nous redonnons une place à nos aînés pour qu'ils puissent vivre heureux dans la société ».

L'association AD-PA, qui regroupe des directeurs de maisons de retraite et de services à domicile pour personnes âgées, a regretté dans un communiqué que le président « n'annonce toujours aucun financement nouveau pour répondre à l'urgence » et à la « situation extrêmement dégradée » du secteur.

Evoquant « l'état de fatigue, d'anxiété, voire de désillusion des professionnels », l'association estime que le secteur, qui alertait déjà en 2018 sur un manque de moyens alarmant, a désormais atteint un « point de rupture ».