«Une punition collective» : l’interdiction des chiens dans deux squares à Paris agace les propriétaires

Après une série d’«incidents», la mairie a décidé d’interdire les chiens dans deux squares du XXe arrondissement.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Square Samuel de Champlain (XXe), vendredi. Les chiens – même tenus en laisse — seront interdits dans l’espace vert à partir du 4 février.
Square Samuel de Champlain (XXe), vendredi. Les chiens – même tenus en laisse — seront interdits dans l’espace vert à partir du 4 février. LP/Benoit Hasse

A partir de jeudi, les propriétaires de chiens qui ont pris l'habitude de sortir leur compagnon à quatre pattes dans les squares Karcher et Champlain (XXe) devront trouver un plan B… Ou enfreindre les règles. La mairie de Paris a, en effet, décidé d'interdire les chiens dans ces deux espaces verts accrochés aux flancs du cimetière du Père-Lachaise.

L'interdiction entrera en vigueur le 4 février, pour une durée de six mois. Elle a été prise à la suite d'un « trop grand nombre d'incidents et incivilités entre usagers ». C'est du moins ce qu'indiquent les panneaux siglés « Ville de Paris » qui ont été installés, ces derniers jours, à toutes les grilles d'entrée et sur les pelouses des deux squares.

Une surprise pour les usagers

Les deux modestes espaces verts (13 200 mètres carrés pour le jardin Champlain et 2 600 mètres carrés pour le square Karcher) figurent pourtant parmi les rares jardins parisiens où le règlement municipal autorise la promenade des chiens, tenus en laisse, sur les allées. Leur soudain changement de statut surprend – pour ne pas dire plus — les usagers qui découvrent les panneaux.

Des panneaux ont été installés ces derniers jours pour informer les utilisateurs de la mesure. LP/Benoit Hasse
Des panneaux ont été installés ces derniers jours pour informer les utilisateurs de la mesure. LP/Benoit Hasse  

« Des incivilités ? Mais lesquelles ? Tous les propriétaires que je croise respectent les règles », s'étonne Valérie, habitante du quartier Gambetta qui balade régulièrement Oskar et Emmy, ses deux Carlins, dans le jardin Champlain. « Ces panneaux laissent entendre que nous sommes des fauteurs de trouble. C'est assez désagréable », ajoute-t-elle, les deux laisses dans une main, un sachet plastique rempli de déjections dans l'autre.

« J'ai l'impression d'un retour à l'école… quand l'instit ne savait pas qui avait fauté et qu'il donnait une punition collective », s'agace Maurice, un sexagénaire qui promène, lui aussi, un « petit format » au bout d'une laisse.

« Il y a souvent des gens qui autorisent leurs chiens à courir librement sur les pelouses. Lorsqu'ils sont de grosse taille, ils peuvent faire peur », reconnaît tout de même Alexane, 25 ans, heureuse propriétaire d'un Carlin de 8 mois.

Aucune autre mesure n'a porté ses fruits

« En même temps, c'est vraiment dommage de tous les interdire ici. Ce jardin est quasiment le seul du quartier où l'on peut les sortir. Roma (le Carlin) adore y aller tous les jours, explique la jeune femme, qui ne sait pas encore ce qu'elle fera une fois l'interdiction entrée en vigueur. La promenade, ce sera sans doute sur le trottoir, de l'autre côté de la grille. »

« Nous avons testé pas mal d'autres choses avant d'en arriver à l'interdiction. De la prévention, de la pédagogie, une intensification des rondes des agents, de la verbalisation, etc. Sans résultat concluant. Il continue à y avoir trop de chiens sans laisse dans ces squares. Ils ravagent les massifs, ils suscitent des conflits entre usagers », justifie Sylvain Indjic, adjoint au maire en charge des espaces verts à la mairie du XXe.

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

L'élu, qui dit avoir reçu une multitude de plaintes d'usagers ou de jardiniers de la Ville, s'est résolu à demander à la mairie centrale l'autorisation de mettre en place cette interdiction inédite. « Je comprends que cela puisse choquer. Mais nous n'avons pas d'autre solution pour faire appliquer le règlement, plaide Sylvain Indjic, en insistant sur le caractère temporaire de l'interdiction. C'est une expérimentation. Pas une mesure anti-chiens. »

Pas sûr que ce discours soit entendu par les propriétaires qui dénoncent le manque d'espaces dédiés à leurs animaux de compagnie dans une capitale trop peu « dog-friendly ». L'accès aux espaces verts, en particulier, reste relativement limité pour les quelque 100 000 chiens recensés à Paris.

Une centaine d'endroits à Paris pour promener son chien

Leurs maîtres – qui doivent obligatoirement les tenir en laisse — ne peuvent les promener que dans les allées des squares et jardins qui ne sont pas équipés d'aires de jeux pour enfants ainsi que dans quelques très grands parcs. Soit une grosse centaine d'endroits sur les 490 espaces verts que compte la capitale.

Pour laisser son animal gambader en toute liberté, le choix est encore plus restreint. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, l'obligation de tenir un chien en laisse s'applique dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Deux « espaces canins », où les maîtres sont autorisés à lâcher leurs animaux, y ont cependant ouvert en 2019 dans les deux bois parisiens.

Intra-muros, il existe également une douzaine d'autres espaces canins clos – de beaucoup plus petites dimensions que ceux des bois — où les chiens peuvent batifoler en toute liberté. Pour l'instant, aucun dans le XXe. « Nous en ouvrirons un, cette année, dans le square Réjane », assure l'adjoint aux espaces verts de l'arrondissement.