Une boutique de souvenirs sur le parvis de Notre-Dame : «La cathédrale vit toujours»

Le père Chauvet, recteur de Notre-Dame-de-Paris, a ouvert ce mardi un nouvel espace sur le parvis de Notre-Dame. C’est une boutique mais aussi le point de départ des visites guidées. «Un signe d’espérance», dit-il.

 Le père Chauvet, recteur de la cathédrale, se réjouit de voir la vie reprendre sur le parvis de Notre-Dame avec sa boutique et son accueil.
Le père Chauvet, recteur de la cathédrale, se réjouit de voir la vie reprendre sur le parvis de Notre-Dame avec sa boutique et son accueil. LP/Eric Le Mitouard

Loin de voir les marchands du Temple envahir le parvis de la cathédrale, le Père Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris, a ouvert, ce mardi, sa petite boutique. Une cabane en bois clair. Installée juste à côté de la copie de la statue historique de la Vierge à l'enfant.

«Il y a une sorte de paradoxe. Dans mon quartier, toutes les boutiques ferment, faute de clients et de touristes. Et moi, j'ouvre cette petite boutique qui est avant tout un lieu d'accueil, souligne le recteur. Je veux animer ce parvis, même s'il n'y a pas de touristes. Le climat est tellement anxiogène. Mais on se bat. L'amour est plus fort que la pandémie. Nous devons être ici des sentinelles de l'espérance, comme disait Saint Jean-Paul II.»

«Je veux animer ce parvis»

L'heure est d'abord aux bonnes nouvelles : «Oui, la cathédrale est sauvée. Derrière les structures de sécurité mises en place pour les travaux, on termine de démonter l'échafaudage calciné. A l'intérieur, on met en sécurité le grand orgue et on va commencer à nettoyer deux chapelles, pour se rendre compte du chantier qui devra être mené par la suite. Enfin, on peut respirer.»

Les chapelets, la meilleure vente. LP/E.L.M.
Les chapelets, la meilleure vente. LP/E.L.M.  

Lumineuse, cette petite enseigne apporte de la vie sur cette esplanade, à deux pas du chantier. A l'intérieur, les responsables de la boutique présentent leurs marchandises (payables uniquement par carte bancaire) : «Le top des ventes, ce sont nos chapelets entre 8 euros et 34 euros. Celui signé Swarovski monte même à 250 euros. La reproduction en résine de la Pietà, qui a illuminé la cathédrale le soir de l'incendie, est à 60 euros. Des petites miniatures peintes (entre 5 euros et 32 euros), mais aussi des vitraux (entre 15 euros et 35 euros) sont aussi de très beaux objets», décrit Paule.

«Ce n'est pas avec cela que nous allons gagner de l'argent», souligne cependant le recteur-archiprêtre de la cathédrale en levant les yeux au ciel !

Des petits vitraux vendus entre 15 euros et 35 euros. LP/E.L.M.
Des petits vitraux vendus entre 15 euros et 35 euros. LP/E.L.M.  

Mais outre la boutique, ouverte 7 jours sur 7 de 10 heures à 18h45, c'est d'ici que vont partir les visites guidées en français de l'association Casa, tous les jours à 14h30 (gratuites mais les dons sont bienvenus). «On peut dire beaucoup de choses en 45 minutes ou 1 heure sur la cathédrale et le sens de ce monument, rien qu'en faisant le tour», assure Bénédicte, tout en précisant que l'intérieur ne se visitera pas… avant 2024.

Les écoliers, lycéens et collégiens peuvent eux aussi profiter de l'accueil jeune, un service de la cathédrale qui offre aux établissements scolaires cette initiation au monument.

Le père Chauvet regarde avec émotion cette petite animation renaissante. Cet accueil permet de rendre ces pierres vivantes. Notre-Dame est là et vit toujours.»

Vente des objets par Internet : www.shopnotredamedeparis.fr

Visites, venir sur place ou réserver (dans quelques jours) sur : www.notredamedeparis.fr