Paris : une larme bleue coule désormais sur la joue de la « Marianne » d’Obey

Le street-artiste a fait restaurer sa fresque récemment vandalisée par un collectif qui dénonçait la politique du gouvernement. Il y a ajouté une larme bleue.

 L’artiste Obey a rajouté une larme à sa Marianne située dans le XIIIe arrondissement de Paris.
L’artiste Obey a rajouté une larme à sa Marianne située dans le XIIIe arrondissement de Paris. LP/Lola Dhers

« Une larme, ça peut signifier tellement de choses. C'est très beau », s'exclame Khalida, une riveraine du XIIIe arrondissement de Paris, manifestement ravie. Pour elle, la démarche est « positive » : « C'est une forme de respect envers les gens et leurs revendications ».

Cette larme, c'est celle que l'artiste Obey (de son vrai nom Shepard Fairey) vient de faire ajouter à son imposante « Marianne » peinte sur le mur d'un immeuble situé à l'angle du boulevard Vincent-Auriol et de la rue Nationale.

Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, la fresque du street-artiste avait été vandalisée en décembre dernier. Des larmes rouges avaient été ajoutées sur le visage du symbole de la République française. L'action avait été revendiquée par un collectif dénonçant la politique sécuritaire du gouvernement.

« Une réponse intelligente »

Dans une vidéo postée ce lundi, Obey justifie sa démarche en expliquant « être du côté des gens qui s'opposent aux injustices, et particulièrement quand il s'agit des droits de l'Homme ».

Du côté des habitants du XIIIe, l'accueil est donc plutôt positif. Pour Pablo, il s'agit là d'« une bonne manière de montrer que ce qui se passe en ce moment, c'est du grand n'importe quoi ».

Le maire socialiste du XIIIe, Jérôme Coumet, parle quant à lui d'« une réponse intelligente, mesurée et finalement très artistique et engagée ». D'autant que les profits des sérigraphies de cette nouvelle « Marianne » seront directement reversés aux Restos du Cœur.