Paris : une école fermée après la découverte d’un cas du variant anglais

L’école polyvalente de la rue Henri-Noguères (XIXe), a, elle aussi fermé ses portes jeudi soir. Plusieurs cas de Covid 19 parmi les adultes, dont un du variant anglais avaient été signalés. Parents et enseignants demandaient la fermeture depuis deux semaines.

 Rue Henri-Noguères (XIXe). L’école polyvalente a été fermée ce jeudi soir après la détection de plus de 10 cas de Covid chez les adultes, dont un du variant anglais.
Rue Henri-Noguères (XIXe). L’école polyvalente a été fermée ce jeudi soir après la détection de plus de 10 cas de Covid chez les adultes, dont un du variant anglais. DR

C'est un professeur de sports de la Ville de Paris (PVP), testé positif au variant anglais du Covid, qui aura eu raison de toutes les réticences. Hier, jeudi, la nouvelle est tombée à 19 heures, validée par le rectorat de Paris : l'école polyvalente Henri-Noguères, dans le XIXe arrondissement, doit fermer ses portes. Une nouvelle tombée à la veille des vacances scolaires de février, bien accueillie dans l'établissement, mais qui soulève moult réflexions des enseignants et parents d'élèves.

Les parents en colère

Car, depuis plus de vingt jours, les voyants étaient au rouge dans l'établissement, qui accueille 208 enfants, 73 en maternelle et 135 en élémentaire. Et tous demandaient, en vain, la fermeture de l'école. « Nous avons le sentiment qu'on a mis le couvercle sur la cocotte-minute », s'agacent des familles, qui souhaitent garder l'anonymat. Au total, 12 professeurs, agents et animateurs de la Ville ont été testés positifs au Covid ces derniers jours. Avec le lot de cas contact que l'on imagine, et qui ont dû quitter l'établissement pour se confiner.

Un premier cas de Covid, décelé chez le responsable des animateurs, a été signalé dès le 23 janvier. « Comme il s'agit d'un adulte et qu'il portait un masque, les services médicaux du rectorat ont considéré qu'il n'y avait rien à faire », constate un parent d'élève. Puis, les cas se sont enchaînés. Trois nouveaux animateurs, les 28, 29 et 31 janvier. Un agent de service, le 3 février, des enseignants de maternelle les jours suivant, un professeur d'arts visuels de la Ville, enfin, avant l'enseignant positif au variant anglais.

L'école ouverte malgré de nombreux cas

« Mardi dernier, ajoutent ces mêmes familles, il n'y avait plus, à Henri-Noguères, que deux enseignants titulaires et deux remplaçants pour 13 classes. Heureusement, beaucoup de parents ont gardé leurs enfants chez eux, sinon ça aurait été ingérable ! La Ville a fait en sorte d'obtenir des animateurs, et l'académie des remplaçants, mais fermer l'école aurait été plus judicieux… ».

« Il est vrai, ajoute un père de famille, représentant de la FCPE pour l'établissement, que cela a créé une situation de stress. Nous avons d'ailleurs écrit mercredi à la mairie et au rectorat, pour demander la fermeture de l'école. C'est finalement cas de variant anglais qui a permis que cette décision soit prise ».

Un centre de loisirs dans un lieu contaminé ?

A cela, s'ajoute une seconde inquiétude : pendant les vacances, l'école Henri-Noguères accueillera un centre de loisirs, censé recevoir les enfants de trois écoles différentes de l'arrondissement. « Les locaux seront bien évidemment désinfectés, assure Yasmina Merzi, adjointe à l'éducation du maire (PS) du XIXe, François Dagnaud. Et les enfants seront admis sur présentation d'un test négatif. »

Ce vendredi, l'académie de Paris, qui publie un bilan hebdomadaire, annonçait 3 structures fermées sur 1103, 99 classes sur 14 013. 497 élèves (sur 345 130) et 77 personnels (sur 31 160) sont par ailleurs positifs au Covid. Soient 18 jeunes de plus en 24 heures, et 3, parmi le personnel.