Paris teste trois «îlots de fraîcheur» pour lutter contre les coups de chaud

Les trois prototypes ont été installés sur le parvis de la Station F (XIIIe), à Paris Plages sur le parc des Rives de Seine, entre pont Neuf et pont au Change, ainsi qu’à la gare de Lyon.

 Le 12 juillet, un îlot frais a été inauguré au sein de Station F (XIIIe). Sous cette pergola, la température  ressentie est inférieure d’environ 5 °C par rapport à la température ambiante.
Le 12 juillet, un îlot frais a été inauguré au sein de Station F (XIIIe). Sous cette pergola, la température ressentie est inférieure d’environ 5 °C par rapport à la température ambiante. LP/J.D.

« On sent la différence, constate Hang, 26 ans, en s'allumant une cigarette. C'est bien qu'ils installent ça. » Ce manager de projet travaille à l'incubateur de start-ups, Station F (XIII e ). Ce midi, il a décidé de se poser dans l'îlot frais, vite rejoint par d'autres fumeurs.

Inaugurée la semaine passée, la zone commence à avoir un petit succès. « Les gens y vont surtout pour leur pause-café », précise Baby, l'agent de sécurité de 40 ans.

Et c'est vrai qu'on s'y sent bien. En dessous de la toiture, la température locale ressentie est inférieure d'environ 5 °C par rapport à la température ambiante. « On va continuer d'y aller ces prochains jours, estime Lisa, 19 ans, en stage à la station F pour l'été. Il fait tellement chaud en ce moment… »

Pas de climatisation

Quatre bancs en béton, surplombés par une pergola en bois, dissimulent une innovation révolutionnaire, selon Climespace, filiale d'Engie qui a élaboré le prototype. « On avait commencé à réfléchir en interne pour lutter contre les îlots de chaleur urbaine, explique Estibaliz Gonzales Ferrer, directrice du développement et de l'ingénierie à Climespace. Et on voulait sortir des réseaux d'énergie classique. »

/
/  

Ici, pas de climatisation ni de consommation d'eau supplémentaire, le système est seulement relié au réseau de froid de la ville de Paris alimentant les bâtiments qui lui sont raccordés. « On est parti sur une assise de béton, car cela conduit bien l'énergie frigorifique et on a rajouté la canopée au-dessus pour faire de l'ombre. » Et l'îlot s'active automatiquement quand la température dépasse les 28 °C.

Pour tester cette invention, trois prototypes de ce type ont ainsi été mis en place à Paris : sur le parvis de la Station F, mais également à Paris Plages, sur le parc des Rives de Seine, entre le pont Neuf et le pont au Change, ainsi qu'à la gare de Lyon.

Lutter contre le réchauffement climatique

Si les îlots frais sont retirés en septembre, cette première expérimentation permettra d'améliorer le concept pour l'été prochain, dévoile Climespace. Et ces zones de rafraîchissement à ciel ouvert pourraient bien se multiplier dans les années à venir dans la capitale…

« Il y a un vrai besoin d'aménager des espaces de fraîcheur à Paris, explique Cécile Gruber, de l'Agence Parisienne du Climat. Il faut réduire les émissions de gaz à effet de serre mais également adapter la ville au réchauffement climatique. » Selon les dernières projections de Météo France, la température devrait fortement grimper à Paris d'ici 2100 : le réchauffement pourrait atteindre + 4 °C en hiver et + 5 °C en été.

Une application pour se rafraîchir

Les emplacements de ces trois îlots frais de Climespace sont consultables sur l'application Extrema Paris. Mise en place par la ville de Paris, à la fin du mois de juin, cette application recense désormais 822 « îlots de fraîcheur » dans la capitale : parcs, fontaines, musées, bibliothèques, lieux de culte ou encore tunnels…

« L'enjeu, c'est que les Parisiens ne se retrouvent pas à plus de 7 minutes d'un espace de fraîcheur », explique-t-on à l'Agence Parisienne du Climat (APC). Un impératif de santé publique, notamment en période de canicule. « La grande différence avec une vague de chaleur, c'est que la température ne baisse pas pendant la nuit, donc notre organisme ne se repose pas. C'est dangereux pour les personnes fragiles », rappelle Cécile Gruber de l'APC.