Paris : sur l’avenue Gambetta, un nouveau plan de circulation qui déroute les riverains

La mise en sens unique de deux tronçons de l’avenue Gambetta (XXe) est dénoncée par les riverains qui s’inquiètent d’effets de « report » de la circulation et dénoncent un manque de concertation.

 Avenue Gambetta (XXe). Une moitié de la voie est désormais réservée aux bus et aux vélos. Les riverains dénoncent un nouveau plan de circulation « bâclé ».
Avenue Gambetta (XXe). Une moitié de la voie est désormais réservée aux bus et aux vélos. Les riverains dénoncent un nouveau plan de circulation « bâclé ». LP/B.H.

Aménagements bâclés, absence de concertation, manque de signalisation adaptée, plan de circulation devenu illisible… La récente transformation de l'avenue Gambetta – qui abrite désormais un des tronçons des 50 km de « coronapistes » offerts aux cyclistes au sortir du confinement — suscite depuis plusieurs semaines une avalanche de critiques au cœur du XXe arrondissement.

L'axe routier qui relie la porte des Lilas au bas du cimetière du Père-Lachaise et qui accueillait jusqu'à présent une forte proportion de véhicules « de transit », a été transformé en un double sens unique. Les véhicules « à moteur » ne peuvent plus l'emprunter dans le sens de la descente, de Saint-Fargeau à la place Gambetta, et dans le sens de la montée, du boulevard de Ménilmontant jusqu'à la mairie d'arrondissement.

«Les gens sont très en colère»

Les tronçons interdits aux voitures sont réservés aux bus, aux taxis et aux cyclistes. Les travaux de réaménagement, menés au cœur de l'été, étaient passés relativement inaperçus. Ils ont provoqué pas mal de « mauvaises surprises », de coups de frein devant un nouveau panneau sens interdit, voire d'infractions quand les automobilistes les ont réellement expérimentés début septembre.

Avenue Gambetta, Paris (XXe). Réalisé dans l’urgence durant l’été, le passage en sens unique de divers tronçons de l’avenue n’enthousiasme pas les riverains qui dénoncent un plan de circulation « bâclé ». LP/B.H.
Avenue Gambetta, Paris (XXe). Réalisé dans l’urgence durant l’été, le passage en sens unique de divers tronçons de l’avenue n’enthousiasme pas les riverains qui dénoncent un plan de circulation « bâclé ». LP/B.H.  

« Notre réunion de rentrée a été presque exclusivement consacrée à ce sujet. Les gens sont très en colère », rappelle Nicolas Gelbard, membre du conseil de quartier Amandiers-Gambetta. Comme beaucoup ses voisins, ce riverain dénonce pêle-mêle l'absence de nouveaux panneaux indicateurs à certains carrefours, des « itinéraires bis » complexes pour rejoindre le haut de l'avenue, et des difficultés de circulation renforcées pour les livreurs et les artisans qui rentrent dans Paris par la porte des Lilas.

Des reports de trafic problématiques

« La mise en sens unique de l'avenue Gambetta avait été proposée dans le budget participatif de 2017. La mairie l'avait à l'époque refusée, l'avenue Gambetta supportant un trafic trop important pour être absorbé par les autres voies, selon des propos rapportés », s'étonne le conseiller de quartier qui note que les reports de trafic redoutés en 2017 se produisent aujourd'hui.

C'est notamment le cas dans la rue de Ménilmontant. Après le passage en sens unique de la rue de Belleville intervenu en 2019 et le réaménagement de Gambetta, cette rue est devenue le seul « axe structurant » pour remonter vers le périphérique. Et elle est désormais « au bord de l'asphyxie », comme le proclame une pétition de protestation lancée par un collectif de Ménilmontant.

« Le réaménagement de Gambetta, réalisé dans le cadre de l'urgence sanitaire, s'est affranchi des études d'impact », reconnaît Vincent Goulin, nouvel adjoint chargé des transports et aussi « de la végétalisation de l'espace public » à la mairie du XXe. « Mais il est faux de dire que ce projet a provoqué un tollé. J'ai aussi été sollicité par nombre de riverains satisfaits de la baisse de la pollution atmosphérique et sonore sur Gambetta… et étonnés qu'autant d'automobilistes ne respectent pas les nouveaux sens de circulation ! »

L'adjoint reconnaît des «défauts» et des «ajustements à faire»

Selon l'élu, les opérations de contrôle – essentiellement par vidéo-verbalisation — renforcées depuis août auraient déjà donné lieu à 10 000 PV pour circulation dans les nouveaux couloirs dédiés de Gambetta. « Il reste de nombreux ajustements à faire sur l'avenue », confirme cependant Vincent Goulin.

« Les défauts de signalétiques sont en cours de correction. Et la direction de la voirie mène de nouvelles études pour limiter les reports de trafic, notamment dans les rues de Ménilmontant ou Orfila », précise-t-il en soulignant que le bilan des coronapistes sera au cœur des états généraux de la mobilité que la mairie centrale doit organiser à l'automne.

« Il y a des corrections à apporter. Mais il n'est pas question de revenir sur le projet Gambetta », conclut Vincent Goulin. Les élus LR du XXe ont déjà pu le constater. Leur vœu demandant la réouverture de la totalité de l'avenue aux voitures a été rejeté en conseil d'arrondissement cette semaine.

VIDÉO. Voitures, pollution : Hidalgo accusée de faire de «l'écologie punitive»