Paris : petits commerces mais très grande solidarité

L’initiative Quartiers Cafés offre un coup de pouce de 600 000 € aux projets favorisant le lien social, dans des commerces des quartiers prioritaires.

 Rue du Chateau-des-Rentiers (XIIIe). La boulangerie artisanale Farinez-vous, première boulangerie d’insertion créée en France, a un projet d’ouverture d’une école de boulangerie inclusive.
Rue du Chateau-des-Rentiers (XIIIe). La boulangerie artisanale Farinez-vous, première boulangerie d’insertion créée en France, a un projet d’ouverture d’une école de boulangerie inclusive. LP/Elodie Soulié

Ils sont parfois les seuls lieux où perdure le lien social, l'échange, la convivialité et souvent la solidarité. Ils sont des traits d'union, mais aussi fragiles que la population des quartiers dans lesquels ils s'efforcent de maintenir ce lien : petits cafés, petits commerces, c'est pour eux que le Groupe SOS, ce collectif d'entreprises et d'associations spécialisé depuis 35 ans dans l'entrepreneuriat social, lance une initiative solidaire dans les quartiers prioritaires de politique de la ville, avec le soutien sonnant et trébuchant d'une entreprise du CAC 40 : Coca-Cola, partenaire de cette opération inédite « Quartiers Cafés » de coup de pouce à des projets favorisant le lien social.

Un appel à projet jusqu'à fin octobre

Déjà alliés dans l'opération « 1 000 cafés », destinée à soutenir les petits bars dans 1 000 communes rurales, cette fois c'est aux quartiers urbains déshérités que s'attachent le groupe SOS et Coca-Cola France. « L'objectif est d'y faire émerger des projets fédérateurs, utiles, responsables et inspirants », expliquent les initiateurs de l'appel à projets, ouvert jusqu'à la fin du mois (*). «Ce peut être un projet d'inclusion numérique, culturel, écologique, de loisirs ou encore lié à la vie collective, tous sont bienvenus tant qu'ils répondent aux besoins rencontrés, notamment lors de la crise sanitaire ».

Des aides financières importantes

À la clé : une enveloppe globale de 600 000 €, et jusqu'à 50 initiatives de cafés, restaurants, épiceries et tous commerces de proximité, mettant en œuvre une action de promotion du lien social. « Dans les quartiers prioritaires, les enjeux sociaux et économiques sont importants, et la crise sanitaire a montré combien leur rôle est essentiel, explique Léa Giraud, qui pilote l'initiative pour le Groupe SOS. « L'idée est d'apporter une aide matérielle, par exemple sous forme de bons d'achat, qui peut représenter 10 000 € par projet. Ce peut être du matériel informatique dans un projet d'inclusion numérique, l'équipement d'ateliers d'échanges de savoirs, couture, tricot ou soutien scolaire par exemple, dans ces lieux où se rassemblent les gens ».

Une boulangerie solidaire dans le XIIIe

À Paris, parmi la demi-douzaine de candidats déjà déclarés au jury de Quartiers Cafés, il suffit de passer le seuil de « Farinez'Vous » pour comprendre ce qui en fait un lieu pivot, dans ce secteur un peu déshérité du XIIIe. Tout au bout de la rue du Château-des-Rentiers, à deux pas des boulevards de ceinture et à la croisée de plusieurs quartiers en politique de la ville, le paysage urbain n'est ponctué que de rares commerces. Mais dans cette boulangerie artisanale, la première boulangerie d'insertion créée en France il y a 6 ans, le projet social et le bon pain poussent sur un bon levain et le même savoir-faire. Tout est fait maison et le plus « locavore » possible, le pain est bio et ses farines franciliennes, le zéro plastique-zéro déchet se pratique depuis l'origine. L'endroit est « une vraie boulangerie de quartier », ainsi que sourit Nathalie, sa responsable et encadrante depuis l'ouverture. « Ici, il y a le produit, le pain qui unit tout le monde, et ce que l'on entreprend », explique-t-elle avec conviction. À la fois pilote de la boulangerie et des 3 personnes en formation, « Ce que l'on fait socialement et aussi important qu'alimentairement, estime-t-elle. C'est difficile, c'est prenant, mais quand on réussit et qu' ils trouvent un emploi ailleurs, quel bien-être! »

Remettre le pied à l'étier des exclus de l'emploi

Ce sera bientôt le cas d'Abibatou, qui a trouvé sa voie à Farinez'Vous. « J'arrivais du Sénégal et je n'avais pas de travail, raconte cette maman de 3 enfants. Ici, j'ai été formée à la vente, à la préparation salée, et j'apprends encore chaque jour. C'est vraiment une chance d'apprendre et d'avoir en même temps un salaire, un travail ! » Parvenue au terme des 2 ans de son contrat d'insertion, Abibatou cherche maintenant « Un CDI, plutôt en grande surface », espère-t-elle.

Ce pari sur l'avenir était la raison d'être de Farinez'Vous. « Former et accompagner des adultes éloignés de l'emploi, explique la directrice du projet, Julie Chartres. Ils sont en contrat pour 24 mois et formés en vente, aux préparations salées, en boulangerie grâce au fournil d'application, et le but est de les amener vers un emploi durable. La boulangerie artisanale cherche beaucoup de postes moins qualifiés qu'un CAP de boulangerie. Nous répondons à la fois à un besoin de ces employeurs, et à celui d'un public en difficulté, pour qui le CAP est lui-même inaccessible ». Farinez'Vous développe également des formations très courtes, ouvertes aux plus éloignés de l'emploi que ces 6 semaines proposent de « remobiliser ».

Son nouveau projet, pour lequel la boulangerie espère décrocher l'aide de Quartiers Cafés : la création d'une véritable « école inclusive » d'aide-boulangers et d'aide-touriers. « Une formation régulière pour 8 personnes, à des métiers où l'on peut être autonome et qualifié assez rapidement », décrit Julie Chartres. L'école travaillera en partenariat avec des boulangers et des associations comme l' œuvre de la Mie de Pain, proche voisine. Elle saura fin novembre si le jury de Quartiers Cafés lui apportera son aide.

(* )https://quartierscafes.org /