Paris : le procès des assaillants d’un bar antifascistes renvoyé

Ils avaient attaqué un bar « antifa » du XXe arrondissement. Leur procès devait se tenir ce vendredi mais a été renvoyé une avocate ayant le Covid.

 Rue des Panoyaux (XXe). Le bar antifa le Saint-Sauveur, à nouveau frappé par une fermeture administrative
Rue des Panoyaux (XXe). Le bar antifa le Saint-Sauveur, à nouveau frappé par une fermeture administrative DR

Tous les cinq sont venus. Chemises et vestes impeccables, pantalons repassés et coiffure nickel. Masque bien ajusté sur le nez. Ils seront finalement jugés, au cours d'une audience fleuve prévue sur six heures, le 12 novembre prochain, devant la 10e chambre du tribunal judiciaire de Paris. La raison ? Une avocate ne pouvait être présente pour cause de Covid.

Aucune explication pendant l'instruction

Marc, Antoine, Bastien D. et Bastien M., Côme… Ensemble, ils avaient, semble-t-il, prévu de se livrer à une expédition punitive au Saint-Sauveur. Ce bar « antifasciste » de la rue des Panoyaux (XXe). A la date anniversaire de la mort de Clément Méric, militant « antifa », tué à Paris, sept ans auparavant. Mais, difficile d'en savoir plus : aucun d'entre eux n'a accepté de s'expliquer, au cours de l'instruction.

Restent les faits. Ce 4 juin 2019, à 21 heures, une vingtaine d'hommes cagoulés et armés de battes, de bâtons, des manches de pioche et de bombes lacrymogène, font irruption au Saint-Sauveur. Une vraie descente armée, une expédition punitive. Un client, blessé, a été prise en charge par les secours.

A la barre le leader des Zouaves de Paris, fils du GUD, aujourd'hui dissout. Eric de Caqueray de Valmenier. Figure emblématique du mouvement et membre de l'extrême droite ultra-convaincu. Aux côtés de cinq de ses comparses. Il n'a jamais parlé.

Ils refusent de « pointer » au commissariat

Néanmoins, les « Zouaves » ont obtenu un report de leur procès. Les juges de la 10e chambre ayant décidé de conserver l'acquis des prévenus : l'obligation de pointage au commissariat chaque mois, l'interdiction de porter une arme et de se rendre dans le XXe arrondissement de Paris. Interdit, aussi, de se rencontrer.

A la barre les prévenus sont restés stoïques. Oui, ils respecteront le contrôle judiciaire. Mais tous refusent de « pointer » au commissariat.